14:00 28 avril 2021 | mise à jour le: 10 juin 2021 à 10:08 temps de lecture: 2 minutes

COVID-19: les profits passent avant la santé mondiale

COVID-19: les profits passent avant la santé mondiale

Dans mon pays natal, l’Éthiopie, la COVID-19 fait des ravages. Comme l’Éthiopie est un pays à faible revenu qui ne peut se permettre de se procurer des vaccins de façon indépendante, des millions de personnes, y compris des personnes à risque, ne recevront pas de vaccin sûr et efficace contre la COVID-19 pendant des années. Cela devrait nous préoccuper tous, car la seule façon de mettre fin à la pandémie mondiale, y compris ici au Canada, est de s’assurer que les vaccins atteignent tout le monde, partout.

Ce qui est consternant, c’est que de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, y compris en Afrique, ont déjà la capacité de fabriquer leurs propres vaccins et de sauver de précieuses vies, mais ils ne peuvent le faire que si les droits de propriété intellectuelle sont levés. Il n’est pas surprenant que les sociétés pharmaceutiques ne partagent pas la propriété intellectuelle, le savoir-faire et les données par pure cupidité.

Il est immoral que le Canada et d’autres pays à revenu élevé refusent d’appuyer la dérogation aux droits de propriété intellectuelle de l’ADPIC proposée par l’Afrique du Sud et l’Inde à l’Organisation mondiale du commerce pour permettre l’augmentation de la production de vaccins. Alors que nous célébrons la Semaine mondiale de la vaccination du 24 au 30 avril, le Canada doit appuyer la dérogation à l’ADPIC déposée à l’OMC et faire passer la vie des gens avant les profits des sociétés pharmaceutiques subventionnées par l’État.

Merci pour votre considération,

Hanna Belayneh

Articles similaires