Soutenez

Société numérique: ouvrons le débat

Photo: iStock

LETTRE OUVERTE – La campagne électorale est commencée depuis deux semaines; ni les partis politiques, ni les commentateurs et analystes n’ont abordé la question de l’impact de la transformation numérique du Québec. Non seulement, cette question ne fait pas partie des priorités des candidats, elle est même évacuée des priorités électorales par les médias.

Pourtant, l’impact de cette transformation est omniprésent. Toutes les dimensions de l’activité gouvernementale, sociale et économique seront affectées au cours des prochaines années, tout comme elles l’ont déjà été au cours des 20 dernières.

L’économie, la santé, l’environnement, la culture, l’éducation, qui sont parmi les principaux thèmes de la campagne de tous les partis, ont pour dénominateur commun d’être des domaines où l’utilisation des technologies numériques est toujours de plus en plus importante. Même les règles de la vie démocratique sont bousculées par l’essor de nouveaux canaux de communication proposés par des technologies aussi innovantes qu’opaques dans leur fonctionnement.

En 2021, 97 % des Québécois possédaient au moins un appareil numérique et 93 % des foyers étaient branchés à Internet. L’apprentissage en ligne s’est démocratisé, le télétravail s’est généralisé, les produits culturels sont de plus en plus consommés au moyen de plateformes de diffusion, les objets connectés nous suivent à la trace pour surveiller nos moindres déplacements, notre état de santé, nos contacts, nos achats (souvent en n’incluant qu’un consentement approximatif).

Les technologies numériques sont des leviers inouïs pour répondre aux enjeux de société de notre temps. Elles permettent d’accéder à des savoirs jusque-là inaccessibles, de contribuer à la productivité de nos entreprises, de pallier le rétrécissement du bassin de main-d’œuvre, d’accroître les découvertes médicales et leur partage, de faciliter les communications entre les administrations publiques et les citoyens; elles pourraient même devenir un atout important dans la lutte aux changements climatiques. À l’inverse, elles provoquent aussi des effets pervers indéniables: choc des cultures, fuite de renseignements personnels, nouvelles fractures sociales, polarisation des débats, cyberintimidation, cyberattaque, redéfinition des frontières de nos vies privées, etc.

Il est donc inquiétant de constater aujourd’hui la nonchalance des partis à développer une ligne politique cohérente sur le numérique. Les technologies numériques ne sont pas neutres et leur utilisation peut entraîner des divergences de vues au sein même de notre société.

Les gouvernements ne peuvent plus minimiser les questions numériques comme s’il ne s’agissait que d’infrastructures, de méthodes informatiques, de câbles et de programmes d’accompagnement. Le numérique refaçonne le rapport entre les entreprises et la population, entre l’administration publique et les citoyens, et entre chacun d’entre nous. Le numérique a un effet structurant sur notre façon de penser, de vivre, d’échanger, de consommer, d’aimer, et de faire évoluer notre démocratie. La transformation numérique de notre société est liée aux pouvoirs politiques et doit être conduite comme telle.

Les partis politiques ne peuvent plus se défiler. Les enjeux sociaux sont grands, les impacts possibles immenses.

Jusqu’à maintenant, aucun gouvernement n’a assumé le leadership auquel nous nous attendions. Ni pour soutenir la transformation numérique de la société, encore moins pour chercher à la comprendre. Au fil des ans, les gouvernements sont apparus mal préparés et en mode improvisation lorsque certains enjeux faisaient tout à coup la manchette.  

Aujourd’hui, est-ce qu’un seul des partis est en mesure d’avoir une vision pour s’assurer : 

  • que les technologies numériques puissent devenir des alliés puissants du développement régional et des outils de croissance pour les entreprises où qu’elles se trouvent sur le territoire; 
  • que le commerce en ligne se développe à l’avantage des économies locales et des consommateurs
  • que les milieux artistiques, médiatiques et culturels soient mieux servis par les nouvelles formes de diffusion et de distribution, et non plus simplement menacées par elles; 
  • que l’éducation publique puisse tirer profit des possibilités numériques pour offrir des parcours de formation plus adaptés aux apprenants et aux réalités actuelles; 
  • que l’écosystème communautaire puisse utiliser les technologies numériques pour accélérer le rayonnement des valeurs inclusives dans notre société; 
  • que l’intelligence artificielle, qui s’intègre de plus en plus aux processus administratifs, respecte les plus hauts standards d’éthique et soit libre de biais sociaux; 
  • que les stratégies numériques soient établies en cohérence avec l’action climatique, en tenant compte du fait que le numérique est à la fois un accélérateur du dérèglement climatique et une source potentielle de solutions;  
  • que le gouvernement adhère à des principes de développement numérique responsable, attentifs aux exclusions que l’intensification des usages numériques va produire afin de permettre à chaque citoyen de jouer son rôle à part entière;
  • que l’innovation devienne une valeur forte dans l’administration publique?

Aujourd’hui, est-ce qu’un seul des partis est en mesure d’envisager la création d’un organisme indépendant et adéquatement financé, chargé de conseiller le gouvernement et le public sur les enjeux du numérique?

Aujourd’hui, est-ce qu’un seul des partis peut défendre les principes d’une souveraineté numérique, tant dans les moyens technologiques, dans la formation que dans la préservation de nos informations privées?

Au début de 2023, les nombreux plans d’actions mis en place par le gouvernement en matière de numérique arrivent à échéance. Il faudra repenser les stratégies, mesures et calendriers d’activités rapidement au lendemain des élections. Rien n’a encore été divulgué quant à leur continuité. Ce sera un exercice complexe et délicat; tout autant que le fut la révision de la loi sur la protection des renseignements personnels. Chacun des plans est intimement relié aux autres et ne saurait plus être traité indépendamment, comme ce fût le cas jusqu’à aujourd’hui. Les questions du numérique sont si transversales et leurs impacts si structurants qu’elles imposent d’avoir une vision d’ensemble forte

Nous faisons donc appel aux leaders des partis politiques, afin qu’ils et elle profitent des semaines de campagne qui restent pour amorcer la discussion sur la société numérique que nous souhaitons collectivement nous donner. Aurez-vous le courage d’ouvrir le débat?

Martine Rioux; Stéphane Ricoul; Yves Williams

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.