Art de vivre
06:00 23 septembre 2015 | mise à jour le: 23 septembre 2015 à 11:38 temps de lecture: 6 minutes

Cours de vin: faire connaissance avec le vin

Cours de vin: faire connaissance avec le vin
Photo: Getty Images/iStockphotoWhite Rose and Red Wine

Si la tendance foodie des dernières années a entraîné les Québécois à s’intéresser davantage à la bonne bouffe, elle a également mis en lumière un de ses plus fidèles amants, le vin. De plus en plus de gens, ne se contentant plus des pastilles de goût de la SAQ, décident de se tourner vers des ateliers sur le vin pour mettre le doigt sur ce qu’ils aiment. Métro s’est penché sur ces cours dont la popularité est grandissante chez les œnophiles amateurs – qui ne sont plus seulement des têtes blanches – et vous propose trois endroits pour parfaire sa connaissance des vins, à Montréal.

Formation SAVORISavori (SAQ)
Les dégustations de vin les plus connues du grand public sont sans doute celles de Savori, données en collaboration avec la SAQ.

Le cours «Un monde à découvrir» en est un d’initiation à la dégustation de vin. Il s’agit d’une série de cinq cours d’une durée de trois heures, une fois par semaine. On y apprend comment déguster, comment identifier les arômes, ainsi que le vocabulaire relié au vin, explique Bianca Auclair, responsable Savori.

«On survole aussi les cépages et les différents terroirs, ajoute-t-elle. Nos animateurs ont pour mission de vulgariser ces notions et de les rendre accessibles au client, pour l’aider à comprendre ce qu’il aime ou non.»

Savori offre également des ateliers d’un soir seulement, d’une durée de trois heures.

L’achalandage est en constante augmentation, selon Bianca Auclair, qui remarque que les gens se regroupent de plus en plus entre amis pour suivre de tels cours.

«Les Québécois sont très curieux, je crois que c’est dans notre nature. On veut donc savoir ce qu’on aime et essayer d’en apprendre davantage.»

Coûts variables: 95$ pour un atelier de 3 heures 395$ pour 5 rencontres de 3 heures
Groupes: entre 16 et 24 personnes

Glasses filed with wine

Allan Laforest
Les cours d’Allan Laforest, qui semblent un brin moins formels, sont basés sur les échanges. «Ce n’est pas une classe, insiste M. Laforest. On est autour d’une table et on discute ensemble.»

Allan Laforest offre un cours d’initiation en quatre ateliers, une fois par semaine. On y apprend, notamment, à partir d’une dégustation de six bouteilles différentes, le langage du vin, les principaux cépages, la notion de terroir et les appellations. M. Laforest propose aussi une panoplie de cours plus spécialisés, comme des dégustations d’un cépage ou d’une région en particulier.

«Ce n’est pas un programme qui prétend faire le tour du monde des vins en quatre soirées. Mais vous allez apprendre ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas, avec un vocabulaire qui va au-delà de «ouache» et de «wow»», résume-t-il.

Allan Laforest ne prétend pas avoir la science infuse, lui qui dit d’ailleurs ne pas croire aux fameux accords mets et vins. «Qui a décidé qu’il y avait une combinaison idéale? J’ai tout le respect du monde pour quelqu’un qui trouve son bonheur avec un steak et un verre de chardonnay. Les accords mets et vins créent beaucoup d’insécurité chez les gens, et autant de règles font disparaître le plaisir. Moi, ça fait 25 ans que je déguste, et j’apprends encore!»

Coût: 190$ pour 4 soirées de 2h30
Groupes: entre 12 et 15 personnes

Salledecours-patrice patissier-crédit Mickaël BandassakPatrice Pâtissier
Le célèbre atelier de cours de cuisine offre aussi des soirées pour les œnophiles. La sommelière (et copropriétaire) Marie-Josée Beaudoin dirige des ateliers d’introduction (3 cours de 2h30), ainsi que des dégustations par thème.

«On peut suivre l’atelier de découverte du vin, qui s’adresse à M. et Mme Tout-le-monde. Les gens apprennent en fonction de leur niveau», précise Mme Beaudoin.

Les participants apprennent comment déguster un vin en détectant ses arômes et ses saveurs.

«Je commence avec quatre produits qui ne sont pas du vin. Ça peut être du thé trop infusé ou du jus de citron, par exemple, pour s’habituer à percevoir l’acidité en bouche, et ce que font les tanins. Ensuite, je fais déguster six vins», ajoute la sommelière.

Les participants préparent aussi des canapés avec elle, pour qu’elle puisse donner des pistes d’accord mets et vins, «sans que ce soit trop précis».

Le but, pour Marie-Josée Beaudoin, c’est de faire découvrir de nouveaux vins aux gens. «On achète souvent les trois ou quatre mêmes bouteilles, souligne-t-elle. Alors si vous me dites que vous aimez celui-ci, je vous fournis une liste de produits qui lui ressemblent, pour vous faire découvrir des produits plus récents.»

Coût: 80$ pour un cours de 2h30
Groupes: 12 personnes

Les conseils d’une oenophile en herbe

Comme plusieurs personnes qui se sont initiées à la dégustation de vin, Daphnée Tranchemontagne était lasse de ne pas savoir comment exprimer ses goûts quand elle allait demander conseil à la SAQ.

«J’aimais le vin, mais je ne connaissais pas ça, confie la jeune femme de 29 ans. J’avais un certain complexe à la SAQ, et j’avais envie de mieux m’exprimer, de mieux connaître mes goûts.»

C’est dans cet esprit que la jeune professionnelle s’est inscrite à un atelier de Savori avec un groupe d’amis. «Les cours de la SAQ, c’est la porte d’entrée naturelle vers l’univers du vin, pour le néophyte», explique-t-elle.

Ensuite, Daphnée a suivi des ateliers chez Allan Laforest sur les vins espagnols. Elle a trouvé l’approche beaucoup plus personnalisée, et les cours plus intimes. «C’est plus informel. Personnellement, je me suis trouvée plus à mon aise dans les cours d’Allan. On ne sort pas nécessairement de là avec des chiffres et des données factuelles, mais avec une expérience.»

Ce qu’elle retient de ses leçons? Essayer. «Je ne suis pas une experte, je ne serais pas en mesure de faire des accords mets et vins élaborés, mais la clé, c’est juste de se faire confiance et d’oser.»

Articles similaires