Conflit étudiant

Des coupures de 140M$ pour les universités

Des coupures de 140M$ pour les universités
Photo by: Jacques Boissinot/La Presse canadienne

Le ton monte de nouveau sur le front universitaire. Les coupures demandées par le gouvernement font grincer bien des dents.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, demande aux universités québécoises des coupures dans leurs budgets respectifs totalisant 140 M$ pour l’année fiscale en cours. Pour l’Université de Montréal, cela représenterait un effort de 24M$ (21M$ pour l’Université Laval), selon le député Gerry Sklavounos. Le député libéral dans Laurier-Dorion dénonce le parti pris du ministre Duchesne en faveur des étudiants.

«Les dés sont pipés», a t-il déclaré lors de la période de questions de l’Assemblée nationale. Cette nouvelle a été d’autant plus mal reçue que le gouvernement se fait tirer l’oreille pour rembourser aux universités une partie des pertes occasionnées par la grève du printemps.

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) n’a pas tardé, elle aussi, à réagir. «Nous savons que l’argent est mal administré dans les universités, mais ce n’est pas une raison en soi pour passer le bulldozeur dans les budgets des universités», a déclaré Martine Desjardins, présidente de la FEUQ. Elle craint que les secteurs liés à l’enseignement et la recherche soient les plus touchés.

Le ministre Duchesne a tenté de limiter la casse. «Comme tous les autres ministères, on est dans un exercice d’efforts budgétaires. Le budget des universités continuera de s’accroître. Mais au lieu que ce soit 5% comme les années antérieures, c’est plutôt une hausse de 3,3%», a t-il répondu.

Interrogé sur les ondes de RDI, le recteur de l’Université Laval, Denis Brière, a soutenu que ces demandes de coupures étaient irréalistes dans un contexte de sous-financement des universités et alors que la majorité des fonds sont déjà engagés. Nul doute que le sujet sera au menu de la rencontre des recteurs prévue jeudi.

Cette passe d’armes intervient alors que la première rencontre préparatoire en vue du Sommet sur l’éducation de février a eu lieu la semaine dernière. La rencontre, qui portait sur la qualité de l’enseignement, s’était plutôt bien déroulé, selon les différents acteurs présents.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *