La commission Charbonneau

Gilles Cloutier: fin de témoignage sur fond de contradictions

Gilles Cloutier: fin de témoignage sur fond de contradictions
Photo by: Archives/ceic.gouv.qc.ca

Gilles Cloutier maintient sa version des faits: il a donné 25 000$ en argent comptant à un ami du ministre Guy Chevrette afin que la firme Roche obtienne le contrat de la construction de la route 125, qui relie Saint-Donat à Lac-Supérieur, en passant par le parc Tremblant.

Il a toutefois été confronté à des contradictions entre son témoignage du 2 mai dernier et une entrevue qu’il a accordée à Radio-Canada en mars 2012. L’avocate du Parti québécois, Estelle Tremblay, a mis en évidence qu’il affirmait en 2012 avoir remis un pot-de-vin à Gilles Beaulieu, l’ami du ministre Chevrette, pour la réfection d’un autre tronçon de la route 125, à Sainte-Julienne cette fois-ci.

Dans un échange acerbe et confus avec l’avocate du PQ, Gilles Cloutier a reconnu qu’il y avait plusieurs contrats entourant cette route et qu’il s’était probablement trompé lors de son entrevue. Deux contrats avaient pu faire l’objet d’une demande de pot-de-vin.

L’intervention du commissaire Lachance aura permis de comprendre que dans le dossier de la construction de la route, il a remis un pot-de-vin à M. Beaulieu, a-t-il finalement expliqué. Dans le dossier de la réfection du tronçon Sainte-Julienne, un pot-de-vin avait été envisagé par M. Beaulieu, mais n’avait jamais été concrétisé.

«Vous mélangez tout», a lancé M. Cloutier, irrité à l’avocate.

Me Tremblay est revenu à la charge essayant de lui faire admettre qu’il avait empoché le 25 000$, «extorquant» ainsi la firme Roche.

«Qu’est-ce que vous allez dire là vous! Vous n’avez pas le droit de dire ça, c’est faux», s’est-il insurgé.

M. Cloutier a terminé son témoignage, mais il pourrait être appelé à revenir notamment pour subir un contre-interrogatoire de l’avocat de Guy Chevrette.

Échanger sa maison avec un motard
L’avocate du PQ est aussi revenue sur la vente forcée de sa maison, en 2000, à Denis «Pas fiable» Houle, un motard, proche de Maurice «Mom» Boucher, arrêté lors de la rafle policière Printemps 2001. Les deux hommes ont échangé leur demeure de Blainville. M. Cloutier a d’ailleurs touché une compensation de 105 000$ en argent comptant.

Lorsqu’il a appris que M. Houle était un membre des motards, il a voulu se rétracter de la vente, sans succès puisque M. Houle, «l’écume à la bouche» et le fusil à la main, lui a promis des problèmes s’il ne signait pas le contrat de vente.

Ce sera Turbide
L’avocat de l’ex-ministre péquiste Guy Chevrette n’est pas parvenu à faire changer le cours de la Commission Charbonneau: le chapitre lavallois s’ouvrira mercredi, avec le témoignage de Gaétan Turbide l’ex-directeur général de la ville.

La commission prend en délibéré les demandes de l’avocat de M. Chevrette qui veut contre-interroger Gilles Cloutier et faire entendre son client dans les plus brefs délais puisque les allégations sont «graves», «sérieuses» et «fausses».

La présidente France Charbonneau a indiqué qu’elle rendrait une décision rapidement, précisant que M. Cloutier restera à la disposition de la commission.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *