Messager week-end
15:50 5 novembre 2015 | mise à jour le: 5 novembre 2015 à 15:50 temps de lecture: 3 minutes

Théâtre Paradoxe: L’art de faire autrement

Théâtre Paradoxe: L’art de faire autrement
Photo: Collaboration spécialeCollaboration spéciale

En passant devant l’église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours du boulevard Monk, personne ne se douterait qu’à l’intérieur de ce lieu culte se cache une salle de spectacle moderne où même les bars sont faits de bancs d’église recyclés. Le Théâtre Paradoxe est désormais reconnu comme l’un des plus gros projets d’économie sociale au Québec.

Le Théâtre Paradoxe a été inauguré en 2014. Sept millions de dollars ont été investis dans la transformation de cette ancienne église en un pôle culturel multidisciplinaire. On y retrouve même 12 logements sociaux.

Gérald St-Georges, initiateur du projet, est l’homme derrière cette idée folle. Il est le directeur fondateur du Groupe Paradoxe qui propose une formation rémunérée à des jeunes âgées entre 18 et 35 ans, apprentis techniciens dans le milieu audiovisuel et événementiel. Il voulait leur trouver un lieu fonctionnel pour mettre la théorie en pratique.

«C’est un rêve qui se réalise. Je voulais créer une plaque tournante créative, dit-il. Sous le même toit, on retrouve tous les volets pour l’art de la scène et de la vidéo. Les jeunes ont la chance de vivre une formation réelle qui les passionne.»

«Plaque tournante créative»
Tous les besoins techniques de la salle, qui est d’ailleurs à la fine pointe de la technologie, sont assurés par les techniciens en formation sous la supervision de professionnels du milieu. Les étudiants ont accès notamment à des salles d’enregistrement, de montage et green screen. Ce projet d’insertion professionnelle et sociale a un taux de placement de 85%.

Un besoin pour le Sud-Ouest

 

Il n’y avait aucune salle de spectacle de ce genre dans le quartier. «Nous voulons être un moteur de revitalisation pour le boulevard Monk. Que les spectateurs aient aux restaurants avant les spectacles, et après, qu’ils prennent un verre aux bars à côté», affirme Clémence Fuzeau, responsable du développement des affaires du Théâtre Paradoxe.

L’organisation se fait un devoir de proposer une programmation accessible et variée, à l’image du quartier. D’ici Noël, les gens pourront voir entre autres Mission hommage aux Blues Brothers, Marie-Élaine Thibert, Giorgia Fumanti et la pièce de théâtre Le père Noël est une ordure.

Location de salle

 

Le Théâtre Paradoxe offre également le service de location de salle. Le grand parterre et les deux balcons de l’ancienne église sont exploitables. La salle peut accueillir près de 850 personnes debout, 600 à l’italienne, 500 en cabaret et 300 en banquet. L’orgue Casavant de 1939 est toujours fonctionnel et les confessionnaux peuvent même être intégrés au concept de l’événement. Les mariages sont d’ailleurs très populaires, il reste quelques dates pour 2016.

«C’est un clé en main, précise Mme Fuzeau, on peut s’adapter à la plupart des besoins des gens grâce à l’espace et à l’équipement disponible.»
Première Scène écoresponsable certifiée du grand Montréal, l’organisation a la volonté de mettre en place des événements 100% responsables. Le Théâtre Paradoxe a aussi été récompensé aux Vivats, prix pour les événements responsables et aux Prix Novae de l’Entreprise citoyenne.

Le Théâtre Paradoxe est situé au 5959, boulevard Monk. Pour informations sur les différentes possibilités du lieu, consultez le www.theatreparadoxe.com ou téléphonez au 514 931-5204.