Élections américaines
14:25 16 septembre 2020 | mise à jour le: 19 septembre 2020 à 02:12 temps de lecture: 8 minutes

La politique crée une illusion dans la ville natale de Houdini

La politique crée une illusion dans la ville natale de Houdini
Photo: APSelon un sondage AP-NORC réalisé au cours des cinq dernières années, les républicains étaient nettement plus susceptibles de décrire l'économie nationale comme étant bonne juste après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump que l'année précédente.

APPLETON, Wis. — Rien ne peut ébranler la conviction de Scott Rice que le président Donald Trump sauvera l’économie américaine — ni les entreprises qui ferment, ni ses amis au chômage, ni même son propre combat infernal avec le nouveau coronavirus.

Il était autrefois sceptique. Mais la maladie s’est infiltrée dans la papeterie où il travaille, il a été infecté et il a soudainement perdu l’appétit. Il était couché dans son lit, fiévreux, trempé de sueur. Son corps semblait en guerre avec lui-même.

Après 16 jours à la maison, M. Rice a dit à ses collègues que la maladie était effrayante et réelle. Mais M. Trump a conservé son vote pour une raison: le marché boursier grimpait.

«Juste l’économie, a dit M. Rice. Il a généré des emplois. Juste plein d’emplois, étant un homme d’affaires.»

La conviction de M. Rice est à la base même des espoirs de M. Trump — que les Américains croient que l’économie est suffisamment forte pour lui offrir un second mandat.

Mais à Appleton, une ville de 75 000 habitants le long de la rivière Fox, on ne juge pas de la santé de l’économie en fonction du nombre d’emplois, des comptes bancaires personnels ou des contrats syndicaux. Au lieu de cela, on la voit à travers des lentilles partisanes — à travers les faits que les électeurs veulent voir et entendre, et ceux qu’ils ne veulent pas voir et entendre.

À presque tous les égards, les promesses de M. Trump d’une reprise économique dans des endroits comme Appleton n’ont pas été tenues. La région a perdu environ 8000 emplois depuis son élection.

Alors que les partisans comme M. Rice sont immuables, d’autres en ont assez. Le président Barack Obama a gagné ici en 2012, mais les électeurs sont passés à M. Trump quatre ans plus tard, et le président ne peut pas se permettre une grande érosion dans un État qu’il a remporté par seulement 22 000 voix sur plus de 2,8 millions.

M. Biden détenait une légère avance sur M. Trump dans le dernier sondage de la Marquette Law School auprès des électeurs du Wisconsin. Le taux de désapprobation de M. Trump est passé de 49 % à 54 % depuis le début de l’année. Mais 52 % des électeurs du Wisconsin applaudissent M. Trump pour l’économie, tandis que 56 % n’aiment pas sa gestion de la pandémie.

Même M. Rice admet que l’économie n’est pas seulement un argument en faveur de M. Trump — c’est aussi un argument contre lui. Sa fille de 20 ans, Cassidy, le lui dit. Elle étudie la santé publique à l’Université George Washington et votera pour la première fois à la présidence, en faveur de Joe Biden.

«Le fait qu’il y ait eu une pandémie et le fait qu’elle ait eu ces conséquences sur l’économie devrait être une révélation, comme, hé, peut-être que nous ne faisons pas cela correctement», a-t-elle déclaré.

___

M. Trump a remporté la présidence en recueillant des dizaines de milliers de voix dans les petites villes et les villes moyennes du Wisconsin, du Michigan et de la Pennsylvanie.

Il l’a fait dans des endroits comme le comté d’Outagamie d’Appleton. Ville de pierre et de brique, Appleton longe la rivière Fox, dont les courants alimentent les papeteries qui ont bâti des fortunes. Maintenant, des condos, des cafés, des bureaux et une piste de jogging bordent la rive.

Le sentier se termine au centre-ville à Houdini Plaza, un monument au citoyen le plus célèbre de la ville, l’illusionniste Harry Houdini. Ses paroles sont inscrites sur le monument où se trouvait autrefois la maison de son enfance: «Ce que les yeux voient et les oreilles entendent, l’esprit le croit.»

Il n’y a peut-être pas de meilleure explication de la politique américaine en ce moment de confusion.

Les électeurs de M. Trump écoutent ses hyperboles incessantes au sujet de l’économie et croient que ce président homme d’affaires a fait de la magie. Les partisans de M. Biden y voient une illusion — une économie qui se remettait sous M. Obama, mais qui tente maintenant, avec la pandémie, de se remettre en marche, sans véritable plan de la part de M. Trump.

Les gens ne peuvent même pas s’entendre sur les termes du débat économique.

«Avec la politique, nous nous sommes engagés dans une guerre tribale qui ne prend compte que des élections, alors que nous devrions examiner les politiques et les résultats», a déclaré John Burke, le PDG et président de Trek Bicycles qui compte parmi les principaux chefs d’entreprise du Wisconsin.

___

Après 2016, les démocrates locaux n’ont pas perdu de temps à pleurnicher. Lee Snodgrass est devenue présidente de la branche locale du parti et a lancé un blitz de porte à porte pour recruter des bénévoles et des électeurs, une tâche qui l’a conduite dans des régions fermement pro-Trump.

Et maintenant, en tant que candidate à la législature de l’État, Mme Snodgrass constate que les républicains défendent toujours le président après qu’elle eut récité des faits sur l’économie et la pandémie: plusieurs millions d’emplois perdus, un nombre croissant de victimes.

Ces électeurs républicains ont trouvé le comportement de M. Trump grossier. Mais le taux de chômage était de 3,5 % avant la pandémie. M. Trump avait mis à jour et remplacé l’Accord de libre-échange nord-américain. Ils accordent du crédit à M. Trump, bien qu’il ait hérité d’un taux de chômage sain de 4,7 % et que le déficit commercial avec le Mexique sur les marchandises ait bondi à 101 milliards $ US l’année dernière — plus qu’à n’importe quel moment sous M. Obama.

___

Au Midwest Paper Group, où travaille Scott Rice, il y a une histoire de reprise, mais le crédit en revient au syndicat et à l’exécutif du comté d’Outagamie, pas à M. Trump.

Plus de 600 travailleurs ont reçu des avis de mise à pied en prévision de la fermeture de l’usine, dans une région où près d’un emploi sur cinq est toujours dans les usines.

«La plupart étaient résignés à leur sort, a déclaré Tom Nelson, le patron du comté. L’industrie du papier était considérée comme ancienne et dépassée, non compétitive en raison des importations, des accords commerciaux déloyaux et de la substitution électronique.»

Les travailleurs, leur représentation syndicale et M. Nelson ont fait pression sur le tribunal des faillites et conclu un accord. L’usine a ajouté de nouvelles machines pour fabriquer des matériaux pour le carton, capitalisant sur le nombre croissant de personnes faisant des achats en ligne sur Amazon. Pendant 12 heures par jour, M. Rice occupe la salle de contrôle avec un masque rouge qui dit «USA».

___

Les trois entrepôts américains de Trek ont été vidés de leurs vélos en août en raison d’une vague d’achats pandémiques, mais M. Burke, son PDG, était angoissé par le sort de l’économie au sens large.

L’homme de 58 ans pédale 180 kilomètres tous les samedis, assez longtemps pour que les problèmes de la nation culbutent dans son esprit. Il a décidé d’écrire un livre en 2016 et l’a mis à jour cette année, «Presidential Playbook 2020: 16 Nonpartisan Solutions to Save America».

Selon M. Burke, M. Trump a gouverné avec des oeillères dangereuses. Il y a les ouragans et les incendies de forêt déclenchés par les changements climatiques. Pas assez d’argent investi dans les enfants. Et M. Trump a initialement minimisé la menace du virus.

À Appleton, près de 40 % des emplois de loisirs et d’hôtellerie ont été perdus. Les restaurants ont fermé, les hôtels sont vacants. Au centre-ville, le bar à vin Mondo! se tire d’affaire avec les ventes au détail et la terrasse, jusqu’à ce que la météo change.

Le propriétaire du bar, David Oliver, 59 ans, croit que les entreprises américaines ont désespérément besoin d’une autre aide, et il blâme le président.

«Ils sont censés être pro-business, a-t-il dit. Mais une grande partie du Parti républicain est revenue à cette pensée magique de Trump selon laquelle l’économie va bien et le virus s’en va.»

La pandémie a brisé la confiance des consommateurs, a déclaré Marvin Murphy, le propriétaire de 80 ans du magazine Fox Cities. Il estime avoir parlé à toutes les entreprises situées à moins de 110 kilomètres d’Appleton.

«La COVID a mis tellement de pessimisme dans l’économie — c’est le plus gros problème», a-t-il déclaré.

M. Murphy sirote une tasse de café frais dans son jardin donnant sur la rivière Wolf et déplore que tant de gens ne traitent le monde qu’en fonction de ce qu’ils voient et entendent à la télévision.

«La réalité n’est pas la chose la plus importante, a-t-il dit. La perception de la réalité est ce qui est important.»

Josh Boak, The Associated Press


















Articles similaires