Élections américaines
16:19 23 octobre 2020 | mise à jour le: 27 octobre 2020 à 00:04 temps de lecture: 5 minutes

Trump se réjouit des propos de Biden sur l’industrie pétrolière

Trump se réjouit des propos de Biden sur l’industrie pétrolière
Democratic presidential candidate former Vice President Joe Biden speaks during the second and final presidential debate Thursday, Oct. 22, 2020, at Belmont University in Nashville, Tenn., with President Donald Trump. (AP Photo/Julio Cortez)

Les propos du candidat démocrate Joe Biden, selon lesquels il assurerait une transition de l’industrie pétrolière vers les énergies renouvelables, ont attiré l’attention du président Donald Trump, qui y voit une occasion pour reprendre le dessus sur son adversaire dans des États clés.

«Je m’éloignerais graduellement de l’industrie pétrolière, oui», a répondu M. Biden à son adversaire qui le bombardait de questions à la fin du dernier débat présidentiel, jeudi soir.

«L’industrie pétrolière pollue de façon importante… Elle doit être remplacée par les énergies renouvelables au fil du temps.»

Le plan climatique de la campagne Biden vise à ce que les États-Unis aient des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d’ici 2050. Et M. Biden a réitéré sa promesse de mettre fin aux subventions fédérales pour l’industrie pétrolière et gazière.

Cependant, le plan Biden n’appelle pas à une interdiction des combustibles fossiles nuisibles au climat, se concentrant plutôt sur des technologies capables de capturer la pollution provenant du pétrole et d’autres sources.

Impact dans les États clés?

Pourtant, M. Trump a semblé surpris et satisfait du commentaire de son rival, affirmant qu’il s’agissait d’une «grande déclaration» et suggérant que cela entraînerait des répercussions politiques dans les États producteurs de pétrole.

«En gros, ce qu’il dit, c’est qu’il va détruire l’industrie pétrolière, a résumé le président. Est-ce que tu t’en souviendras, Texas? T’en souviendras-tu, Pennsylvanie? Oklahoma? Ohio?»

Donald Trump a remporté ces quatre États en 2016, mais la Pennsylvanie est un État pivot particulièrement important pour cette élection, et les candidats s’investissent beaucoup dans cette course. L’Ohio est également en jeu, et les démocrates ont même l’objectif de remporter le Texas à long terme.

Après le débat, Joe Biden a déclaré aux journalistes qu’il n’interdirait pas les combustibles fossiles et qu’il ne s’en éloignerait pas «pendant longtemps».

S’attaquer au changement climatique signifie réduire considérablement les émissions de pétrole, de gaz et de charbon, selon les scientifiques, ce qui nécessite l’élimination de la plupart des combustibles fossiles. Joe Biden veut effectuer une transition sur 30 ans vers une économie sans carbone, en encourageant les énergies éolienne et solaire, ainsi que plus d’efficacité énergétique.

Cet échange a eu lieu alors que le débat touchait à sa fin, au cours d’un segment sur la façon dont les candidats réagiraient au changement climatique. Joe Biden dit que le pays a une obligation morale de lutter contre le changement climatique, tandis que Donald Trump a remis en question la science bien établie sur le sujet. Les sondages démontrent qu’environ trois Américains sur quatre sont préoccupés par le réchauffement dangereux du pays et de la planète.

Mais politiquement, les républicains considèrent les commentaires de Joe Biden comme potentiellement dommageables pour les démocrates dans les États qui dépendent de l’industrie pétrolière et gazière. M. Trump a cherché à faire de la fracturation hydraulique — un processus d’extraction de pétrole et de gaz naturel qui fait particulièrement jaser en Pennsylvanie — un enjeu dans la campagne, accusant à tort son rival démocrate de vouloir interdire cette pratique.

Joe Biden s’engage à interdire les nouveaux permis pétroliers et gaziers sur les terres fédérales, mais la plupart des activités de fracturation hydraulique aux États-Unis se produisent sur des terres privées.

La Pennsylvanie, un cas particulier

La Pennsylvanie est à la fois l’un des principaux États clés de l’élection et un chef de file dans la fracturation hydraulique du pays. Donald Trump était impatient de faire de fréquents voyages de campagne dans l’État pour se différencier de son adversaire. Le président vante son soutien à un secteur qui, selon lui, apporte des avantages économiques aux zones rurales et des emplois aux travailleurs de la construction. Selon l’État, le secteur pétrolier et gazier emploie environ 26 000 travailleurs.

Mais on ne sait pas encore comment ce message sera reçu dans l’État.

Dans les banlieues, qui pourraient donner la victoire à M.Trump, des électeurs s’opposent au forage et à la construction d’oléoducs. Les sondages nationaux montrent un scepticisme croissant à l’égard de la fracturation hydraulique.

Pourtant, les commentaires du candidat démocrate pourraient provoquer des maux de tête aux démocrates dans les États pétroliers. La représentante Kendra Horn, une démocrate de l’Oklahoma qui a remporté un siège appartenant aux républicains en 2018, a écrit sur Twitter qu’elle n’était pas d’accord avec lui.

«Nous devons défendre notre industrie pétrolière et gazière. Nous avons besoin d’une approche énergétique globale qui soit respectueuse des consommateurs, valorise l’indépendance énergétique et protège les emplois», a-t-elle soutenu.

Kathleen Ronayne et Ellen Knickmeyer, The Associated Press


Articles similaires