Élections américaines
15:32 2 novembre 2020 | mise à jour le: 6 novembre 2020 à 00:06 temps de lecture: 6 minutes

VÉRIFIÉ: Trump en rajoute au sujet du virus et du commerce

VÉRIFIÉ: Trump en rajoute au sujet du virus et du commerce
Democratic presidential candidate former Vice President Joe Biden appears on a "Zoom with Oprah Winfrey" virtual show at The Queen theater in Wilmington, Del., Wednesday, Oct. 28, 2020. (AP Photo/Andrew Harnik)

WASHINGTON — Tentant une dernière fois de convaincre les électeurs avant le vote de mardi, le président Donald Trump a assuré que les États-Unis sont sur le point de vaincre une pandémie qui ne fait que s’aggraver; a faussement prétendu que son rival démocrate Joe Biden placerait le pays en confinement pendant des années; et a affirmé que les médecins gonflent le bilan de la COVID-19.

Ses commentaires de la fin de semaine ont résumé en deux jours l’ensemble de la campagne 2020.

De son côté, M. Biden a dérapé quand il a parlé du président et de la Chine.

Voici une vérification de ce qu’ils ont dit.

CONFINEMENT

M. TRUMP: «Biden veut placer le pays en CONFINEMENT, peut-être pendant des années. Dément!» (Sur Twitter, dimanche). Le président en a rajouté dimanche au Michigan, en déclarant que M. Biden placerait le pays en confinement pendant «quelques années».

LES FAITS: M. Biden n’a jamais évoqué de confinement de grande ampleur pour endiguer le coronavirus s’il est élu, et certainement pas pendant «quelques années».

M. Biden a déclaré publiquement qu’il fermerait l’économie du pays seulement si cela lui était recommandé par les scientifiques et les conseillers en santé publique. Il a fréquemment attaqué le président pour avoir fait fi des conseils des experts, tout en reconnaissant qu’on ne sait pas ce que janvier nous réserve.

___

ÉNERGIE

M. TRUMP: «Vous aimez l’essence à 2 $ US (le gallon)? Vous en aurez pendant longtemps si vous élisez Trump.» (Lors d’un événement au Michigan, dimanche)

LES FAITS: M. Trump prend à tort le crédit du déclin du prix de l’essence, qui en réalité est une répercussion d’une pandémie qui a tué plus de 230 000 Américains.

Le prix de l’essence n’a pas plongé grâce à l’administration Trump. Il a plongé parce que le coronavirus a obligé les gens à rester chez eux.

La demande mondiale pour le pétrole s’est effondrée de huit millions de barils par jour, selon l’Energy Information Administration des États-Unis.

Aux États-Unis, le prix de l’essence a atteint son niveau le plus bas en avril, quand les gens restaient le plus chez eux. Il est principalement en hausse depuis ce moment, selon l’agence.

___

VIRUS

M. TRUMP: «On peut avoir un vaccin, mais sans vaccin, ça tire à sa fin.» (Lors d’un événement dans l’Iowa, dimanche).

LES FAITS: Non, le coronavirus ne s’en va pas, et les principaux conseillers du président en matière de santé le contredisent. Le nombre de nouveaux cas s’approche des sommets vus cet été. Le nombre de décès est aussi en hausse.

Les États-Unis constatent en moyenne 76 000 nouvelles infections par jour, un rythme en hausse de 43 % depuis trois semaines et un sommet depuis le début de la pandémie. Le bilan de plus de 230 000 morts confirmés est le plus lourd de la planète. On déplore en moyenne un peu plus de 800 décès attribuables au coronavirus par jour, en hausse de 14 % depuis deux semaines.

Contredisant le président Trump, le docteur Anthony Fauci, le principal expert en maladies infectieuses du pays, a prévenu que les États-Unis «auront très mal» au cours des prochaines semaines, en raison du bond du nombre de cas. Il a dit au Washington Post que la position des États-Unis «ne pourrait pas être pire» pour endiguer la pandémie, alors que le temps froid chasse les gens à l’intérieur.

L’ancien patron de la Food and Drug Administration sous M. Trump, le docteur Scott Gottlieb, a lui aussi prévenu dimanche que «la situation se détériore».

___

M. TRUMP: «Vous savez, nos médecins font plus d’argent si quelqu’un meurt de la COVID? Nos médecins sont des gens très intelligents. Donc ils disent, ‘je suis désolé, mais vous savez, tout le monde meurt de la COVID’.» (Lors d’un événement dans le Michigan, mercredi)

LES FAITS: Non, la gravité de la crise n’a pas été exagérée par des médecins qui mentent pour s’enrichir. Rien ne permet de conclure à une fraude systémique du genre.

Le bilan officiel de la pandémie est de plus de 230 000 morts aux États-Unis. Le bilan réel est probablement beaucoup plus élevé.

Oui, certains hôpitaux peuvent recevoir plus d’argent du gouvernement pour traiter un patient atteint de la COVID. Mais cette prime dépend du diagnostic de COVID, et non de la cause du décès comme le prétend le président.

Les réclamations associées à la COVID sont toujours susceptibles d’être vérifiées. Ceux qui trichent pourraient devoir rembourser trois fois la somme reçue.

La présidente de l’Association médicale américaine, la docteure Susan R. Bailey, a dit que les propos du président Trump représentent des accusations «mal intentionnées, scandaleuses et trompeuses».

___

TRUMP: «En Californie, ils ont un masque spécial. On ne peut jamais l’enlever. Il faut manger à travers le masque.» (Lors d’un événement dans l’Arizona, mercredi).

LES FAITS: C’est complètement faux.

___

COMMERCE

M. BIDEN, comparant la performance commerciale de M. Trump avec celle de l’administration Obama: «Notre déficit commercial avec la Chine est plus grand que quand nous étions là.» (À ’60 Minutes’, le 25 octobre)

LES FAITS: L’affirmation de M. Biden n’est plus vraie. Le déficit commercial des États-Unis avec la Chine, dans le domaine des produits et services, a chuté l’an dernier à 308 milliards $ US — son niveau le plus bas depuis 2013 — quand M. Trump a imposé des droits de douane à la plupart des importations chinoises aux États-Unis. Le déficit est en déclin encore cette année.

Pendant les deux premières années de la présidence Trump, toutefois, les déficits commerciaux des États-Unis avec la Chine ont été plus élevés qu’à n’importe quel moment pendant l’administration Obama.

Hope Yen et Calvin Woodward, The Associated Press






Articles similaires