Élections américaines
19:48 3 novembre 2020 | mise à jour le: 7 novembre 2020 à 00:09 temps de lecture: 5 minutes

En votant, les électeurs jugent de la performance de Donald Trump

En votant, les électeurs jugent de la performance de Donald Trump
Supporters fill the street as Democratic presidential candidate former Vice President Joe Biden speaks during a stop in Philadelphia, Tuesday, Nov. 3, 2020. (AP Photo/Carolyn Kaster)

WASHINGTON — La pandémie de coronavirus et la fragilité de l’économie arrivaient au sommet des préoccupations des électeurs lors du scrutin présidentiel de mardi, un vote qui pour plusieurs a pris la forme d’un référendum sur le leadership du président Donald Trump en ces temps difficiles.

AP VoteCast, un vaste sondage de l’électorat américain, a constaté que le choix d’environ les deux tiers des électeurs a été influencé par leur opinion du président, qu’elle soit positive ou négative. Seulement un tiers des participants ont dit la même chose du candidat démocrate Joe Biden. C’était le cas aussi bien à l’échelle nationale que dans ces États chaudement disputés qui décideront ultimement du gagnant.

Les résultats du sondage indiquent que le leadership de M. Trump, sa personnalité et son omniprésence à l’avant de la scène ont défini la course, alors que les électeurs affrontaient un chevauchement de crises sans précédent.

Au moment où le nombre d’infections au coronavirus explose à travers le pays, environ 40 % des électeurs estiment que la pandémie est le principal problème auquel est confronté le pays. L’économie arrive en deuxième place, à environ 30 %. Environ un électeur sur dix a choisi le racisme, après une multiplication des manifestations pour l’égalité raciale et un débat national sur le racisme systémique.

Le coronavirus a fait plus de 230 000 morts aux États-Unis et déclenché une querelle politique sur la meilleure façon de l’endiguer. M. Trump souhaitait placer l’économie devant la santé publique, répétant à tort que la pandémie «tirait à sa fin» au pays. M. Biden estime que la stratégie du président est dangereuse et il a promis d’adopter une approche plus agressive s’il est élu.

Les électeurs étaient divisés quant à savoir si le pays a réussi à freiner la propagation du virus. Environ la moitié d’entre eux estimaient que le virus était quelque peu ou principalement sous contrôle.

Environ 60 % des participants au sondage croyaient que le gouvernement doit accorder la priorité au contrôle du virus, même si cela nuit à l’économie.

Les électeurs des États les plus chaudement disputés s’inquiétaient eux aussi du coronavirus et de sa propagation. Dans le Wisconsin, où les infections se sont multipliées en octobre, près de la moitié des électeurs considéraient que la pandémie était le problème le plus important aux États-Unis, et 60 % estimaient qu’il n’était pas contrôlé. Environ les deux tiers favorisaient une intervention du gouvernement, même si elle nuisait à l’économie.

MM. Trump et Biden affrontaient un électorat mécontent et méfiant. Environ 60 % des électeurs étaient insatisfaits de la direction du pays. Les trois quarts étaient mécontents ou en colère du fonctionnement du gouvernement fédéral.

La majorité des électeurs avaient fait leur choix il y a longtemps. Les trois quarts d’entre eux ont affirmé avoir toujours su pour qui ils voteraient. La campagne Trump a consacré l’essentiel de son énergie à convaincre ses partisans d’aller voter, plutôt qu’à rallier les indécis.

Plus de 100 millions d’Américains ont voté par anticipation ou par correspondance, profitant des règles mises en place pour faciliter le vote en période de pandémie. M. Trump a tenté de miner la crédibilité du nouveau système et la fiabilité du dépouillement, répétant sans preuve que des électeurs en profiteraient pour tricher. Environ le tiers des participants au sondage craignaient que leur vote ne soit pas comptabilisé correctement.

Ces inquiétudes étaient plus marquées en Pennsylvanie, un autre État chaudement disputé, comparativement aux autres États: 35 % des électeurs doutaient que le décompte soit fiable.

La pandémie a touché plusieurs Américains personnellement: environ deux électeurs sur dix ont perdu un membre de leur famille ou un ami à la maladie. Quarante pour cent d’entre eux ont perdu un emploi ou un revenu quand les bureaux, les écoles, les restaurants et d’autres entreprises ont fermé leurs portes ont printemps pour combattre le virus.

La campagne Trump a tenté de faire de la gestion de l’économie l’argument principal en faveur de sa réélection, une tâche ardue quand le taux de chômage a grimpé en flèche avant de redescendre un peu. L’administration Trump et les démocrates ont récemment été incapables de s’entendre concernant de nouvelles mesures de relance de l’économie. Seulement 40 % des électeurs considèrent que l’économie est bonne ou excellente.

À l’échelle nationale, environ 75 % de l’électorat estime que le racisme est un défi important pour la société en général et pour la police en particulier. Environ 25 % des participants au sondage souhaiteraient que la police soit plus ferme face à la criminalité, mais 33 % croient qu’elle l’est déjà trop.

Fait notable, une majorité des électeurs de deux États chaudement disputés — le Wisconsin et le Minnesota — étaient en désaccord avec les manifestations contre la brutalité policière. Les deux États ont été le théâtre de telles manifestations après la mort d’hommes noirs sous les balles de la police.

___

Le sondage AP VoteCast de l’électorat américain a été réalisé par la firme NORC à l’Université de Chicago pour le compte de Fox News, de NPR, de PBS NewsHour, d’Univision News, du USA Today Network, du Wall Street Journal et de l’Associated Press. L’enquête a été menée auprès de 106 240 électeurs pendant huit jours, en anglais et en espagnol. La marge d’erreur est d’environ 0,4 point de pourcentage.

Josh Boak et Hannah Fingerhut, The Associated Press


Articles similaires