Élections américaines
14:16 4 novembre 2020 | mise à jour le: 8 novembre 2020 à 00:10 temps de lecture: 5 minutes

Les électeurs approuvent un assouplissement des lois anti-drogue aux États-Unis

Les électeurs approuvent un assouplissement des lois anti-drogue aux États-Unis
FILE - In this June 10, 2020, file photo, Assemblywoman Shirley Weber, D-San Diego, left, receives congratulations from fellow Assembly members Sharon Quirk-Silva, D-Fullerton, center, and Phil Ting, D-San Francisco, after the Assembly approved her measure to place a constitutional amendment on the Nov. 3, 2020 ballot to let voters decide if the state should overturn its ban on affirmative action programs, at the Capitol in Sacramento, Calif. (AP Photo/Rich Pedroncelli, File)

En plus de se prononcer sur l’identité de leur prochain président et de choisir ceux qui les représenteront à Washington, les électeurs américains ont adopté mardi plusieurs mesures qui devraient assouplir les lois anti-drogue à travers le pays.

Cinq États de plus ont ainsi légalisé la marijuana pour les adultes, et l’Oregon est devenu le premier État à décriminaliser la possession de faibles quantités de drogues comme la cocaïne, l’héroïne et les méthamphétamines.

Plus d’une centaine de mesures étaient soumises aux électeurs dans 32 États, touchant des sujets aussi variés que le droit de vote, les inégalités raciales, l’avortement, les impôts et l’éducation.

Aucune mesure ne concernait toutefois directement la pandémie de coronavirus, puisque le cheminement qui a mené à leur apparition sur les bulletins, mardi, a commencé bien avant l’émergence du virus.

Grâce à la mesure adoptée dans l’Oregon, ceux qui sont arrêtés en possession d’une petite quantité de drogues dures éviteront un procès, et possiblement la prison, après avoir payé une amende de 100 $ US et participé à un programme à l’intention des toxicomanes. Ces centres de traitement seront financés par les taxes sur la marijuana, qui est légale dans l’Oregon depuis plusieurs années.

La proposition avait été endossée par le Parti démocratique de l’Oregon et par plusieurs associations de professionnels de la santé. Le Parti républicain de l’Oregon y voyait une mesure radicale, et certains procureurs la qualifiaient d’irresponsable.

L’Oregon est aussi devenu le premier État à légaliser l’utilisation des champignons psychédéliques à des fins thérapeutiques.

Les électeurs du New Jersey et de l’Arizona ont approuvé la légalisation de la marijuana pour les adultes de 21 ans et plus. L’assemblée législative du New Jersey devra maintenant adopter une nouvelle mesure pour créer un marché pour la marijuana. Dans l’Arizona, certains individus condamnés pour des infractions liées à la marijuana pourront blanchir leur dossier. Cette mesure témoigne d’une évolution des attitudes, puisque les électeurs de l’Arizona avaient étroitement refusé de légaliser la marijuana en 2016.

Le Dakota du Sud est devenu mardi le premier État à autoriser aussi bien la marijuana récréative que la marijuana médicale par le biais de deux mesures différentes lors d’une même élection. La marijuana récréative a été autorisée dans le Montana, et la marijuana médicale dans le Mississippi.

La marijuana récréative était illégale dans les 50 États il y a dix ans. Onze États la permettaient avant le vote de mardi. Les partisans de sa légalisation espèrent que les nouveaux gains inciteront le Congrès à la légaliser à travers le pays.

L’industrie du pari sportif a remporté le gros lot mardi, quand trois États — le Maryland, le Dakota du Sud et la Louisiane — ont approuvé les paris sportifs. Ces paris pourraient être légaux dans plus de la moitié du pays d’ici à la fin de l’année prochaine, moins de trois ans après que la Cour suprême eut permis leur adoption par tous les États qui le désirent.

Trois autres États — la Virginie, le Nebraska et le Colorado — ont adopté des mesures qui élargiront l’accès aux jeux de hasard dans les casinos.

Deux États qui mettaient de l’avant des mesures contre l’avortement ont eu des résultats différents.

Les électeurs de la Louisiane ont adopté une mesure qui affirme que rien dans la constitution de leur État ne garantit un accès à l’avortement. Au Colorado, en revanche, les électeurs ont rejeté une mesure qui aurait interdit l’avortement après la 22e semaine de grossesse, sauf si la vie de la mère était menacée.

Des États comme la Virginie et le Missouri ont adopté des mesures pour encadrer le redécoupage électoral et empêcher qu’un parti ou un autre tente d’en tirer profit.

En Floride, les électeurs ont accepté une mesure qui verra le salaire minimum grimper progressivement jusqu’à 15 $ US/heure d’ici 2026. La Floride rejoint ainsi une dizaine d’autres États où la loi prévoit déjà l’atteinte éventuelle d’une telle rémunération.

Les électeurs du Mississippi ont adopté un nouveau drapeau, en remplacement de celui qui incluait jusqu’à présent le drapeau confédéré. Le Rhode Island, dont le nom officiel est «Rhode Island and Providence Plantations», retranchera les trois derniers mots qui, selon certains, évoquent l’esclavage.

Des mesures fiscales étaient en menu dans une quinzaine d’États. Les taxes sur le tabac ont ainsi été augmentées au Colorado et dans l’Oregon. Les électeurs du Colorado ont aussi accepté une réduction modeste de l’impôt sur le revenu. Les électeurs de l’Arizona semblaient en voie d’adopter une augmentation des impôts pour les mieux nantis, afin de financer des hausses de salaires pour les enseignants et d’autres membres du personnel scolaire. Une mesure similaire tirait de l’arrière dans l’Illinois.

En Californie, des compagnies comme Uber, Lyft et DoorDash ont convaincu l’électorat que leurs chauffeurs sont, dans les faits, des travailleurs indépendants, face à l’opposition des syndicats. Il s’agit de la mesure la plus dispendieuse jamais présentée en Californie — plus de 220 millions $ US ont été dépensés, surtout par ces géants de l’économie à la demande.

Une loi californienne aurait pu accorder aux chauffeurs les bénéfices normalement consentis aux employés d’une entreprise. Uber et Lyft avaient menacé de se retirer de la Californie s’ils perdaient.

David A. Lieb, The Associated Press




Articles similaires