Élections américaines
16:55 5 novembre 2020 | mise à jour le: 9 novembre 2020 à 00:07 temps de lecture: 4 minutes

Joe Biden rebâtit le «mur bleu» dans la course à la Maison-Blanche

Joe Biden rebâtit le «mur bleu» dans la course à la Maison-Blanche
Photo: Matt Slocum/AP PhotoLes travailleurs électoraux du comté de Chester traitent les bulletins de vote par correspondance pour les élections de 2020 aux États-Unis le mercredi 4 novembre 2020

WASHINGTON — Le démocrate Joe Biden se rapproche des 270 votes du collège électoral nécessaires pour gagner la Maison-Blanche, après avoir remporté des victoires dans les États clés du Wisconsin et du Michigan.

Avec seulement une poignée de grands électeurs encore à gagner, Donald Trump a tenté de faire valoir son cas devant les tribunaux dans certains États. On ignore toujours si l’une des manœuvres judiciaires de sa campagne réussira à faire basculer la course en sa faveur.

Il en a rajouté jeudi matin en lançant: «ARRÊTEZ LE DÉPOUILLEMENT!» sur Twitter. Il a ensuite faussement prétendu que les bulletins reçus après le jour du scrutin «ne seront pas comptés», alors que sa campagne continue à lancer des allégations de fraude sans fondement.

De son côté, Joe Biden a fait un appel au calme lors d’une brève allocution en fin de journée. Aux côtés de sa colistière Kamala Harris, il a assuré que le «processus fonctionne» et que les résultats seront connus «très bientôt».

«C’est la volonté des électeurs — et de personne d’autre — qui choisit le président des États-Unis», a-t-il déclaré depuis Wilmington, au Delaware.

Deux jours après le scrutin, aucun des candidats n’avait accumulé les votes nécessaires pour remporter la Maison-Blanche. Mais les victoires de M. Biden dans les États des Grands Lacs et en Arizona l’ont porté à 264 grands électeurs, ce qui signifie qu’il est à un État clé — n’importe lequel — de devenir président élu.

M. Trump, avec 214 votes électoraux, fait face à un obstacle beaucoup plus élevé. Pour atteindre 270, il doit revendiquer les quatre États clés restants: la Pennsylvanie, la Caroline du Nord, la Géorgie et le Nevada.

Le président Trump détenait à une avance de 675 000 votes tôt mercredi en Géorgie. Son avance a maintenant fondu à 12 765 voix.

Et même si elle a été annoncée par certains médias, dont l’Associated Press, la victoire de M. Biden dans l’Arizona reste fragile. Pour l’instant, le candidat démocrate détient une avance de 67 906 votes.

Alors que des millions de votes n’ont pas encore été compilés, M. Biden a déjà reçu plus de 71 millions de votes, le plus grand nombre de l’histoire. Lors de sa conférence de presse, jeudi après-midi, le démocrate a réitéré qu’il se sentait «très confiant» face aux résultats. Il n’a toutefois pas crié victoire.

C’était un contraste frappant avec l’approche de M. Trump, qui, tôt mercredi matin, a faussement affirmé qu’il avait remporté l’élection.

La campagne de M. Trump s’est engagée dans une vague de procédures judiciaires pour essayer d’améliorer les chances du président républicain et jeter le doute sur les résultats des élections, demandant un recomptage dans le Wisconsin et intentant des poursuites au Nevada, en Pennsylvanie, au Michigan et en Géorgie. Des juges de la Géorgie et du Michigan ont rejeté jeudi sa demande.

Les recomptages dans tout l’État du Wisconsin ont historiquement modifié le décompte des voix par seulement quelques centaines de votes; M. Biden a mené par plus de 20 000 bulletins de vote sur près de 3,3 millions comptés.

Depuis quatre ans, les démocrates sont hantés par l’effondrement du «mur bleu», le trio d’États des Grands Lacs — le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie — sur lequel leurs candidats avaient pu compter tous les quatre ans. Mais l’appel populiste de Donald Trump a touché une corde sensible auprès des électeurs blancs de la classe ouvrière et il a pris les trois États en 2016 par un total combiné de seulement 77 000 voix.

Les candidats ont mené une lutte féroce pour ces États cette année, la personnalité politique de M. Biden résonnant dans les villes de cols bleus tandis que sa campagne a également mené à l’augmentation de la participation des électeurs noirs dans des villes comme Detroit et Milwaukee.

On ignore à quel moment un vainqueur national sera déterminé après une longue et amère campagne dominée par le coronavirus et ses effets sur les Américains et l’économie nationale.

The Associated Press




















Articles similaires