ÉLECTIONS - BOURRASSA

Catherine Lefebvre: jeune conservatrice

Catherine Lefebvre: jeune conservatrice
Photo: Olivier Faucher - Métro MédiaLa conservatrice Catherine Lefebvre veut donner une voix aux jeunes de sa circonscription

Âgée de seulement 25 ans, la candidate conservatrice pour Bourassa, Catherine Lefebvre, pense qu’elle est la mieux placée pour représenter les nombreux jeunes de la circonscription. Elle tentera de faire remonter la popularité de son parti dans Bourassa, alors qu’il avait terminé en queue de peloton en 2015.

Née sur la Rive-Nord, Catherine Lefebvre s’est familiarisée avec la réalité montréalaise grâce à ses grands-parents qu’elle visitait régulièrement dans Ahuntsic. Elle a toutefois dû faire un rattrapage pour connaître Montréal-Nord. « Je ne connaissais pas beaucoup le quartier, raconte-t-elle. J’ai été nommée le 2 avril et, depuis, je sillonne les rues.»

Mme Lefebvre se vante d’avoir cogné à plus de 3000 portes depuis son investiture. « Jusqu’à maintenant, c’est une belle aventure, mentionne-t-elle. J’ai appris tellement de choses, c’est inimaginable. J’aime ça. »

La jeune femme a terminé des études en droit, ainsi qu’en histoire et sciences politiques. Elle travaille actuellement comme adjointe juridique en droit de l’immigration, mais souhaite faire carrière en politique.

C’est d’abord en raison de son conservatisme économique que Mme Lefebvre a visé le Parti conservateur du Canada. « J’aime beaucoup avoir une stabilité dans les finances publiques», dit-elle.

Persuadée que les jeunes ne sont pas suffisamment écoutés en politique, elle souhaite devenir leur porte-voix. « J’ai remarqué les besoins et les préoccupations des jeunes dans Bourassa, soutient-elle.

Comme bien des jeunes, Mme Lefebvre considère l’environnement comme une priorité.

« On veut miser sur l’encouragement plutôt que la punition, fait-elle valoir. Au lieu de taxer les gens parce qu’ils polluent, on veut les encourager à poser des gestes concrets pour l’environnement en donnant des crédits d’impôt, par exemple sur le transport en commun. Ça peut aller jusqu’à 155$ par année pour les usagers de la STM », ajoute-t-elle.

En soulignant que le PCC veut aussi développer le transport en commun et l’énergie verte, Mme Lefebvre invite les gens à bien lire le plan environnemental de son parti.

Le Québec et la loi 21

Mme Lefebvre se dit souvent questionnée par les électeurs de Bourassa sur la laïcité. Elle estime que ceux-ci sont plus nombreux à être contre la loi 21, mais qu’ils comprennent toutefois la position de son parti. « C’est de compétence provinciale et c’est M. Legault qui s’occupe de cette loi. »

En immigration, elle souligne que son parti veut améliorer la reconnaissance des compétences et des diplômes des nouveaux arrivants.

Le Parti conservateur n’avait obtenu que 9,22% des voix en 2015, terminant derrière le Bloc Québécois, le NPD et le Parti libéral.