Actualités

TLMEP: Andrew Scheer ouvre la porte à une taxation des GAFA

TLMEP: Andrew Scheer ouvre la porte à une taxation des GAFA
Photo: Karine Dufour/Radio-CanadaAndrew Scheer, chef du Parti conservateur

Quelques heures après que les libéraux ont confirmé leur intention d’exiger des géants numériques qu’ils prélèvent la TPS, les conservateurs ont mis dimanche leurs cartes sur la table. En entrevue à Tout le monde en parle, le chef conservateur, Andrew Scheer, a avoué que sa formation veut s’assurer «que les géants du Web paient leur part».

Sans préciser quelles mesures il comptait imposer devait-il être élu le 21 octobre, M. Scheer a semblé se dire ouvert à l’installation d’une taxe chez ces entreprises étrangères.

«On va s’assurer qu’ils contribuent à notre société, à notre revenu gouvernemental. Restez à l’écoute», a-t-il avancé, faisant allusion à une annonce future.

Il appert toutefois qu’une imposition de ces géants est hors de question pour les conservateurs.

«Les géants du Web, il n’y a aucun moyen de s’assurer qu’ils paient des impôts ici au Canada, a-t-il ajouté. Mais ils ramassent beaucoup, beaucoup d’argent. Facebook, Google, Apple…»

Opposition libérale

Les géants numériques, comme Netflix, ne sont pas imposés ou taxés sous le modèle canadien actuel. Le gouvernement sortant libéral n’a pas mis en place de mesures fiscales au cours de son mandat.

«Il y a beaucoup d’échanges sur les plateformes Web. D’accord, c’est un avancement des technologies. Mais, si on veut maintenir les services de santé, d’éducation, le gouvernement doit s’assurer de donner une chance égale aux différentes compagnies.» – Andrew Scheer, chef du parti conservateur

M. Scheer a compati avec les compagnies médiatiques qui doivent composer avec les géants numériques. «Mon père a travaillé pour un journal à Ottawa. Je connais les défis pour les réseaux médiatiques. Le gouvernement doit s’assurer que les gens qui créent le contenu puissent recevoir des revenus. Et aussi, on doit s’assurer que les géants du Web paient leur part», a-t-il soutenu en réponse à l’animateur Guy A. Lepage.

Le Parti libéral a promis ce matin qu’il demanderait à ces entreprises de prélever et de verser la TPS s’il est reporté au pouvoir. Il a aussi avancé qu’elles devraient verser 3% de leurs revenus issus de la publicité.

Interrogé sur ses convictions

Andrew Scheer a aussi dû se prononcer sur des positions qu’il a adopté dans le passé, notamment sur le mariage homosexuel et l’avortement.

Le chef conservateur a réitéré qu’il voterait «contre» un projet de loi de réouverture de la question de l’avortement.

«Je vais voter contre et m’attendre à ce que mes collègues fassent la même chose», a-t-il confirmé.

«On va se concentrer sur les choses qui créent l’unité dans notre parti et au Canada», a-t-il repris.

En ce qui a trait au mariage homosexuel, auquel il s’était opposé comme député d’arrière-ban, M. Scheer a aussi tenu à rajuster sa position. «La société canadienne était divisée sur la question à cette époque. […] Elle passe à autre chose et, moi-même, je passe à autre chose», a-t-il convenu.