Élections fédérales 2019

Pari perdu pour Maxime Bernier et le Parti populaire en Beauce

Pari perdu pour Maxime Bernier et le Parti populaire en Beauce
Photo: Mario Tama/Getty ImagesMaxime Bernier

Avec la défaite de Maxime Bernier en Beauce, le Parti populaire n’a pas élu un seul candidat au Canada. La formation politique a récolté 1,6% des voix avec 43 000 votes à l’échelle du pays.

Selon notre chroniqueur Frédéric Bérard, cela démontre «la victoire du rationnel sur l’absurde et les limites du trumpisme au Québec». Il perçoit cette défaite comme un message que les politiques de divisions ne trouvent pas autant de résonance qu’on aurait pu le penser au Québec.

«Pour la démocratie québécoise, c’est une excellente nouvelle. […] C’est la preuve que ce type d’extrême est rejeté», estime-t-il.

Maxime Bernier avait été élu avec des majorités confortables depuis 2006. Il a notamment été ministre des Affaires étrangères dans le premier gouvernement de Stephen Harper.

En entrevue à Radio-Canada, le chef du Parti populaire s’est dit déçu et abasourdi de sa défaite. «Pour moi, c’est une soirée difficile», a-t-il admis.

C’est le Parti conservateur qui remporte la Beauce, avec 38,6% des voix contre 28,6% pour M. Bernier. L’autre Maxime Bernier, celui du Parti Rhinocéros, a quant à lui récolté 1,9% des votes.

Le Parti conservateur a toutefois fait une piètre performance au Québec. Vers minuit, les troupes d’Andrew Scheer ont remporté ou étaient en avance dans seulement 9 sièges. Ils en avaient remporté 12 en 2015.

Frédéric Bérard croit que l’échec des conservateurs au Québec est dû aux positions morales d’Andrew Scheer. «Il y a eu un point de chute à même la campagne au moment où on a sorti ses vieilles déclarations sur le mariage de même sexe et l’avortement», dit-il.