Saint-Léonard – Saint-Michel : Hassan Guillet écarté d’un débat dans la controverse

Saint-Léonard – Saint-Michel : Hassan Guillet écarté d’un débat dans la controverse
Photo: Félix Lacerte-GauthierLe candidat indépendant Hassan Guillet

Un débat électoral organisé à Saint-Michel hier soir a mené à une forte protestation, après que le candidat indépendant Hassan Guillet s’est vu refuser d’y participer.

« J’avais été invité lorsque j’étais encore candidat pour le Parti libéral. Quand je suis arrivé, on m’a plutôt invité à m’assoir avec le public, relate M. Guillet. Je n’y suis pas allé pour apprendre les programmes des autres, j’étais là pour offrir mes propres solutions. »

Le candidat conservateur Ilario Maiolo révèle que son équipe et lui avaient également compris que la participation de M. Guillet était confirmée pour le débat.

À Vivre Saint-Michel en santé, qui a organisé l’événement, on se défend de cette décision, expliquant que le secteur que l’organisme représente touche deux circonscriptions, celles de Papineau et de Saint-Léonard – Saint-Michel, qui comportent un total de 19 candidats.

« On a décidé qu’il n’y aurait qu’un seul représentant pour les cinq principaux partis, mais que les autres candidats étaient invités à se présenter pour rencontrer les citoyens de manière informelle avant le début des débats », explique Nathalie Pinoteau, coordonnatrice administrative et aux communications de l’organisme.

Quoi qu’il en soit, la décision n’a pas reçu bon accueil. Dans une vidéo que Métro Média a pu consulter, la scène a mené à un chaos, alors que plusieurs des participants contestaient vivement ce choix.

M. Maiolo voit cette contestation comme un signe de la division qui existeraient dans la communauté. Il trouve d’ailleurs dommage que M. Guillet n’ait pu participer. « Je comprends la nécessité pour les organisateurs de limiter le nombre de candidats, mais vu qu’il était là, j’ai même proposé de soumettre sa présence au vote des autres candidats. »

Pour M. Guillet, la scène montre l’importance de se battre pour préserver les droits politiques. « On est dans une démocratie ou on ne l’est pas. Il y a des pays où ils se battent pour avoir le droit de s’exprimer et de voter. Il ne faut pas le tenir pour acquis. »

La candidate libérale Patricia Lattanzio n’a pas souhaité commenter la situation, indiquant qu’elle préférait se concentrer sur la campagne en cours.