Inspiration

«Iel»: le bon usage de ton indignation 

Vas-tu finir?
Caroline Décoste et Mathieu Charlebois derrière la chronique Vas-tu finir? Photo: Métro
Caroline Décoste et Mathieu Charlebois - Vastufinir.ca

Chez nous, le Multidictionnaire sert à rehausser l’ordi quand on Zoom avec mamie. Chez les réactionnaires, Le Petit Robert sert à donner des étourdissements, et pas parce qu’iels s’en servent comme poids pour s’entraîner. 

Iels paniquent parce qu’iel vient d’entrer dans le dictionnaire. Parmi les 300 000 mots et sens répertoriés par Mini Bob, un mot de trois lettres devient le symbole de la déchéance de notre société. 

«Ridicule!», «C’est le crépuscule de la civilisation!», «[Crise du bacon en 8 paragraphes]», s’est-on exclamé sur Facebook, Twitter et autres lieux où on n’ouvre le dictionnaire que pour dire qu’un mot est pas dedans. Mais là, il l’est. 

«Ça n’a pas de bon sens d’accepter des mots inventés», n’hésite pas à déclarer Robert (un gars qui vit à L’Assomption, pas le dictionnaire). Brékigne niouse: tous les mots sont inventés.  

À un moment donné, kekun.e a pointé un cheval en disant «quossé ça?», pis l’autre a répondu «caballus» mais avait la bouche pleine faque kekun.e a compris «cheval», mais l’autre avait dit en latin «vieille picouille» pis kekun.e l’a répété à kekun.e d’autre pis première chose qu’on sait, c’est que c’t’un cheval maintenant. Si tu pars une mode d’appeler ça un quatpattecourvite et que ça marche, ton mot peut finir dans le dictionnaire itou. Éventuellement. 

L’usage, c’est quand un mot se met à pogner pour une bonne raison: il permet de nommer un concept. Personne n’a fait de crise de cœur sur courriel, qui est genre vraiment beaucoup inventé.  

Pis un dictionnaire, ça ne sert pas à dire «ce mot existe maintenant»: ça sert à répertorier ce qui existe déjà quand on se rend compte que ça pogne. Y’a un shitload de pouéssons au fond de la fosse des Mariannes pis y’en a pas un dans le lot qui attend d’avoir son portrait dans le Larousse pour exister. 

T’aimes pas iel? C’est correct. Tant que tu respectes la personne à qui tu parles, tu peux utiliser autre chose. Nous, on aime pas «continuation», c’est vraiment laitte, mais on sent pas le besoin de t’pitcher un Grevisse quand tu nous souhaites ça dans ton courriel de retraite. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet