Inspiration

Les effets d’un mois sans alcool

mois sans alcool
Photo: Montage Métro

Vous posez la bouteille pendant le «Dry January» ou prévoyez relever le défi 28 jours sans alcool? Voici les impacts positifs sur votre corps. 

1. Santé du foie améliorée  

Après un mois sans alcool, on constate: 

  • une baisse de 28% de la résistance à l’insuline (une mesure utilisée pour calculer le risque de diabète); 
  • une réduction de 12,5% de la raideur du foie (un indicateur de certaines maladies chroniques). 

L’alcool est l’une des causes les plus fréquentes des maladies du foie, comme la cirrhose et l’hépatite alcoolique. La raison? L’éthanol, une substance contenue dans l’alcool, cause des lésions aux cellules hépatiques.  

Sources: étude de l’University College de Londres et du Royal Free Hospital (2015); Organisation mondiale de la santé. 

2. Meilleur cardio  

Après un mois sans alcool, 

  • la pression artérielle s’améliore; 
  • le taux de cholestérol et le risque de développer des maladies du cœur sont aussi réduits. 
  • chez les hommes, l’alcool est lié à plus de 10% des cas d’hypertension artérielle. 

Sources: étude de l’University College de Londres et du Royal Free Hospital (2015); Organisation mondiale de la santéBritish Journal of General Practice.  

3. Perte de poids 

Eh non! Un verre de vin n’équivaut pas à un verre d’eau. 

  • Une consommation moyenne compte 100 à 150 calories (3 verres dépassent l’équivalent en calories d’un hamburger chez McDo (240 calories); 
  • 3 kg: poids moyen perdu après un mois sans alcool.  

SourcesÉtude de l’University College de Londres et du Royal Free Hospital (2015); École de santé publique de Harvard

4. Peau radieuse 

  • Après un défi sans alcool d’un mois, 54% des gens rapportent avoir une  plus belle peau. 
  • On doit ceci aux composants de l’alcool qui provoquent une inflammation des tissus corporels et une déshydratation de la peau, ce qui peut  provoquer des rougeurs et de l’acné. 

Source: étude de l’Université de Sussex (2019). 

5. Santé mentale bonifiée 

Après un mois sans alcool, 

  • 57% des gens rapportent avoir une meilleure concentration; 
  • 67% disent avoir plus d’énergie et 71% disent mieux dormir. 

La raison? L’alcool est un psychotrope ayant des effets sur les zones du jugement dans le cerveau. Il augmente aussi la dépression et l’anxiété. 

  • les chances de se suicider sont 7 fois plus grandes après avoir bu de l’alcool;  
  • l’alcool est aussi associé aux problèmes de violences, d’agressivité et d’agressions sexuelles.  

Sources: étude de l’Université de Sussex (2019); Organisation mondiale de la santéBritish Journal of General Practice

6. Prise de conscience par rapport à la consommation 

Après un mois sans alcool:  

  • 82% des gens disent approfondir leur réflexion sur leur rapport avec l’alcool; 
  • 80% se sentent plus en contrôle lorsqu’ils boivent; 
  • 76% en apprennent davantage sur pourquoi ils boivent et quand; 
  • 93% ont un  sentiment d’accomplissement personnel; 
  • 71% réalisent qu’ils n’ont pas besoin d’alcool pour éprouver du plaisir.  

Source: étude de l’Université de Sussex (2019). 

Attention à l’effet rebond! 

Malgré tout, il faut quand même faire preuve de prudence avec ce type de défi.  

Selon Éduc’alcool, la privation d’alcool ponctuelle peut créer un «sentiment de manque à gagner». Un peu comme avec un régime, on peut avoir envie de se féliciter en consommant le «fruit défendu» une fois le défi terminé. Résultat? La consommation d’alcool peut augmenter le mois suivant et dépasser les normes de modération véhiculées par Éduc’alcool, annulant ainsi les bienfaits de la pause. 

Êtes-vous dépendant.e? Oui, si… 

  • votre consommation cause des problèmes autour de vous ou dans votre quotidien; 
  • vous constatez des changements importants dans votre humeur;  
  • vous éprouvez des symptômes de sevrage (dépendance physique); 
  • vous consommez pour vous sentir mieux, pour vous détendre ou pour surmonter vos problèmes;  
  • vous vous sentez en manque lorsque vous arrêtez de boire.  

Sources: Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH)Gouvernement du Québec, Éduc’alcool.  

Qui est 100% sobre? 

  • Dans le monde: 56% des adultes 
  • Au Canada: 35,5% des adultes 

Source: Organisation mondiale de la santé (2016)

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet