Évasion, loisirs et plein air

Travail autonome et vacances, mission impossible?

Young woman walking on the beach in Hawaii, USA. Photo: Getty Images/iStockphoto

En étant votre propre patron, arriverez-vous à vous «donner» des vacances? Et si oui, comment gérerez-vous votre absence? Quelques astuces pour y arriver.

Vous travaillez d’arrache-pied toute l’année et faites tout pour rendre vos clients heureux. Les semaines passent sans que vous comptiez les heures, mais vous vous estimez tout de même chanceux de pouvoir être travailleur autonome. L’été vient d’arriver, et vos amis parlent avec enthousiasme de leurs quatre semaines de vacances payées sur la Côte d’Azur en août…

En étant votre propre patron, arriverez-vous à vous «donner» des vacances? Et si oui, comment gérerez-vous votre absence? Quelques astuces pour y arriver.

Planifiez
Quand on est travailleur autonome, on doit maîtriser les règles de base en comptabilité. Si vous avez comme objectif de prendre deux semaines de vacances durant l’été, prévoyez mettre de côté une somme d’argent chaque mois, qui peut être l’équivalent du traditionnel 4 % remis annuellement par les employeurs. Si vous pensez prendre des vacances à l’extérieur de la maison, haussez ce pourcentage en conséquence ou revoyez vos plans.

Personne ne mourra en votre absence
Il peut être inquiétant pour vos clients de vous voir disparaître pour plusieurs jours. Vous êtes peut-être devenu un élément important dans leur entreprise. Discutez avec eux de la meilleure période pour prendre des vacances, et évitez de prendre la poudre d’escampette à des moments-clés.

Partir en vacances en pleine période d’impôts est une mauvaise idée pour un comptable. Il est souhaitable de prendre vos vacances en période creuse, si elles existent dans votre domaine. Déterminez plusieurs mois à l’avance la période de vos vacances, et avisez vos clients au moins un mois avant votre départ. Assurez-vous de mettre un maximum d’énergie au travail avant de partir afin que tous les livrables prévus soient remis. Comme vous serez absent pendant un moment, prévoyez avoir une semaine chargée avant les vacances et au retour, car vous aurez à régler les dossiers qui se seront empilés pendant votre absence.

Si possible, trouvez une personne de confiance qui pourra dépanner vos clients en cas de nécessité absolue. Ils vous seront reconnaissants d’avoir eu cette attention s’il y a un pépin pendant votre absence.

Avisez vos clients et collaborateurs
Comme dans le cas de toute absence prolongée, avisez vos clients et collaborateurs des dates auxquelles vous ne serez pas au travail. Programmez un message d’absence du bureau dans votre boîte de courriel et modifiez le message de votre boîte vocale. Expliquez que vous aurez un accès limité aux outils de communication (ou aucun accès), et que vous répondrez assidûment dès votre retour.

Fixez les limites du travail pendant les vacances
S’il est absolument impossible de ne pas prendre de nouvelles du boulot pendant votre période de congé, planifiez à l’avance la manière dont vous travailleriez et la fréquence à laquelle vous le ferez. Prévoyez au maximum une heure de travail par jour, toujours à la même heure et uniquement pour régler les urgences. Consultez brièvement vos courriels en lisant seulement ceux qui proviennent de personnes importantes, et faites de même pour les messages vocaux.

Évadez-vous!
Il est évident que votre entreprise traversera votre esprit à quelques occasions pendant vos vacances. Profitez-en pour lire ce livre qui vous guette depuis des mois, pour réfléchir à l’avenir de votre entreprise et pour prendre note de vos réflexions; celles-ci pourraient vous être utiles au retour. Les moments de détente permettent de penser à de nouvelles idées et à de nouvelles méthodes qui sont difficiles à imaginer dans le train-train quotidien.

Vous avez pris la décision de vous donner un moment de répit, et il suffit de bien planifier cette période et d’accepter les risques qui y sont reliés pour pouvoir en profiter. Votre mode de vie de travailleur autonome ne vous permet peut-être pas d’avoir autant de vacances qu’un salarié et de vous rendre sous les tropiques chaque année, mais dites-vous que vous bénéficiez d’un grand avantage que les autres n’ont pas : la liberté toute l’année.

Articles récents du même sujet