Évasion, loisirs et plein air

Trois trucs pour choisir le bon sac de couchage

seamless pattern with camping elements and characters - vector illustration, eps Photo: Getty Images/iStockphoto

Qui dit camping et plein air dit nécessairement sac de couchage. Quelles sont les caractéristiques
essentielles quand on en cherche un pour son enfant? Denis Jodoin, de MEC, nous aide à y voir plus clair.

Le bon sac pour le bon usage
Bien sûr, les besoins ne seront pas les mêmes si on a l’intention de faire du camping d’hiver ou pendant la belle saison. «À moins d’avoir besoin de sacs très techniques de type momie pour le camping d’hiver, il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup pour les enfants, signale Denis Jodoin, qui rappelle qu’il faudra les changer à mesure que les enfants grandiront. En général, les sacs rectangulaires faits d’un isolant synthétique sont moins dispendieux tout en étant plus faciles d’entretien.» Et même s’ils ne sont pas équipés d’un capuchon comme c’est le cas des sacs momie, il suffit de traîner une tuque pour les nuits plus froides, ajoute-t-il. Comme pour de nombreuses activités de plein air, le multicouches est souvent notre meilleur allié.

La taille idéale
Même ceux qui ne campent pas à longueur d’année auraient avantage à opter pour un sac de couchage adapté à la taille de l’enfant. «Un modèle trop grand sera moins efficace, puisque c’est la personne qui génère la chaleur à l’intérieur du sac de couchage, rappelle M. Jodoin. Il y aura donc des pertes de chaleur.» Ça peut devenir un problème si le mercure descend sous la barre des 10 degrés, ce qui peut arriver même en été. C’est pourquoi plusieurs marques proposent des sacs de couchage de tailles diverses pour les bébés et les enfants. «Dans le cas d’un enfant très petit qui se perd dans son sac, on peut aussi en attacher le bas avec un élastique ou une sangle pour le raccourcir», suggère l’expert. Plus ajusté, le modèle momie sera aussi plus efficace pour conserver la chaleur.

L’entretien adéquat
Bien entretenir les sacs de couchage est primordial. D’abord, l’entreposage : «Peu importe le type de sac, il ne faut pas le ranger tout comprimé, insiste M. Jodoin. C’est toujours mieux de l’entreposer dans une grande poche en coton ou en filet ou encore de l’accrocher sur un cintre.» Et si le petit dernier fait pipi au lit? «Les isolants synthétiques et en duvet peuvent être lavés dans une laveuse à chargement frontal avec un savon doux et non parfumé, entre autres pour ne pas compromettre l’imperméabilité du tissu.» Alors que les matériaux synthétiques, plus faciles d’entretien, peuvent sécher sur la corde ou dans la sécheuse le duvet, lui, doit absolument faire un tour à la sécheuse à basse température. Il y a aussi l’option de mettre une couche «juste pour quelques nuits» à ceux dont la propreté nocturne n’est pas encore totalement acquise.

Quelques bons choix à petit prix


Sac de couchage Little Dipper – cote de confort 5 degrés Celsius (offert en deux tailles, jusqu’à 110 cm 
ou 150 cm), MEC, de 54$ à 72$.


Sac de couchage Sirius Junior – cote de confort 5 degrés Celsius (grandeur maximale: 152 cm), Eureka, 50$.


Sac de couchage extensible (pour un enfant de 125 cm à 160 cm), McKinley, 60$.

Articles récents du même sujet