Évasion, loisirs et plein air

Le San Francisco de Jack Kerouac

Jennifer Lesieur, Métro France

Qui­con­que a lu Sur la route a dû se retenir de pren­dre les clés de sa voiture pour filer à toute vitesse vers la côte ouest. Les écrivains de la Beat gene­ration ont écumé plusieurs endroits, dont se détache San Francisco.

Jack Kerouac, qui veut tout simplement être la voix de l’Amérique, séjourne à San Francisco dès que son alter ego Neal Cassady (le Dean Moriarty de Sur la route) s’y trouve. Il y reste plus longtemps dès que Ginsberg s’installe à Berkeley, en 1954. «Kerouac, qui aime et déteste tout à la fois […], se bâtira sa San Francisco, plutôt aux marges, près des docks, des rues sordides, la 3e, la 6e, Little Harlem, le Cameo Hotel, ce qu’il exprimera dans San Francisco Blues.» (Yves Buin, Kerouac, Folio).

Le Cameo n’existe plus, pas plus que les bistrots et clubs de jazz qu’il aimait fréquenter en 1957, The Cellar et The Place. Mais les lieux historiques demeurent.

North Beach
L’épicentre de la vie beat se trouve dans le quartier de North Beach, la Mecque des poètes noctambules. Sur la pente de Colombus Avenue trône la célèbre librairie
City Lights (261, Colombus Avenue), fondée par Lawrence Ferlinghetti en 1953. Essais et documents au sous-sol, littérature au rez-de-chaussée, «Poetry room» à l’étage : on y trouve toutes les publications City Lights, tous les livres sur la Beat generation, et des lectures y sont régulièrement données (citylights.com).
Juste à côté, séparé de la librairie par la Jack Kerouac Alley, le Café Vesuvio réunissait les écrivains beat, marginaux et curieux. Les murs de ce bar avec mezzanine, qui propose un cocktail Jack Kerouac, sont tapissés d’affiches beat, de coupures de presse et de portraits.

En face, le Beat Museum (thebeatmuseum.org) retrace la vie culturelle dans les années 1950 et 1960. À l’intérieur, une réplique grandeur nature du Spoutnik, lancé en 1957, qui inspira le néologisme beatnik; une petite salle où sont projetés des films et des documentaires; différents manuscrits et affiches originaux.

Une chambre à soi
Kerouac aurait mis la touche finale de Sur la route au 29, Russell Street, bien qu’aucune plaque commémorative ne marque l’endroit. Au 1010, Montgomery Street, aujourd’hui rue des banques, Allen Ginsberg écrivit Howl, long poème en prose devenu le manifeste de la poésie beat. Sa première lecture publique, à la Six Gallery (3119, Fillmore Street), en octobre 1955, est un événement. Dans la foule médusée se trouvent Cassady et Kerouac, qui racontera la scène dans Les Clochards célestes.

Articles récents du même sujet