Évasion, loisirs et plein air

Les Cantons-de-l'Est, entre histoire et gastronomie

Thierry Ducharme, Guides Ulysse

Entre de gracieux vallons et des montagnes aux sommets arrondis, les Cantons-de-l’Est cachent de petits villages fort pittoresques qui rappellent à bien des égards la Nouvelle-Angleterre. Situés à l’extrême sud du territoire québécois, à même les contreforts des Appalaches, ils constituent l’une des plus belles et verdoyantes régions du Québec.

Comme en témoignent toujours de nombreux toponymes tels que Massawippi et Coaticook, cette vaste région fut d’abord parcourue et habitée par les Abénaquis. Par la suite, lorsque la Nouvelle-France passa sous domination anglaise et que prit fin la guerre de l’Indépendance américaine, de nombreux colons restés fidèles à la couronne britannique (les loyalistes) quittèrent les États-Unis et vinrent s’installer dans la région que l’on nommait alors Eastern Townships.

Les loyalistes furent suivis, tout au long du 19e siècle, de grands contingents d’immigrants provenant des îles Britanniques, surtout des Irlandais, et de colons de souche française venant des régions surpeuplées des basses terres du Saint-Laurent.

Même si aujourd’hui la population est à plus de 90 % francophone, l’apport anglo-saxon reste très présent, notamment dans le patrimoine architectural. Dans plusieurs villes et villages s’élèvent de jolies églises anglicanes bordées de belles résidences du 19e siècle, de style victorien ou vernaculaire américain. Restés très attachés aux Cantons-de-l’Est, les Anglo-Québécois y ont conservé de prestigieuses institutions, comme l’université Bishop de Lennoxville.

Région gastronomique
Située à environ une heure de route de Montréal, la région est devenue un lieu de villégiature populaire. Ses montagnes offrent en hiver de belles pistes aux skieurs, alors que ses lacs et ses rivières invitent aux activités nautiques en été. Mais on la visite également pour sa gastronomie, sa route des vins, ses divers festivals ou les activités familiales qu’elle offre.

La région, propice au vélo en raison de ses petites routes et de ses voies cyclables au cadre enchanteur, a par ailleurs participé activement au développement de cette activité. Plusieurs circuits sont proposés aux amateurs, dont six pistes cyclables, six circuits routiers et la Véloroute des Cantons, une grande boucle amalgamant pistes et routes panoramiques qui permet de faire le tour de la région.

En 1966, à la suite de la division du Québec en régions administratives, le territoire des Cantons-de-l’Est prit l’appellation d’«Estrie». Trente ans plus tard toutefois, l’association touristique de la région prenait la décision de retourner à l’appellation originale. D’ailleurs, l’attachement profond des gens de la région à celle-ci avait fait en sorte qu’elle n’avait jamais été délaissée. Ainsi, le terme «Cantons-de-l’Est» désigne aujourd’hui la réalité touristique de la région.

Articles récents du même sujet