Évasion, loisirs et plein air

Balades à vélo avec vue sur l'eau à Montréal

Catherine Ève-Groleau et Mélissa Vaillancourt, Guides de voyage Ulysse

On oublie trop souvent que Montréal est une île sillonnée de tous les côtés par un fleuve majestueux, de longues rivières et de vastes lacs. Pour contempler des rives verdoyantes, pour déambuler à bon rythme sur des sentiers joliment aménagés ou pour passer un moment en amoureux au gré de l’eau, ce ne sont pas les
escapades qui manquent à Montréal!

Accessibles en métro, en autobus ou à vélo, ces zones semi-urbaines plongent les cyclistes, les patineurs à roues alignées et les randonneurs au cÅ“ur de paysages paisibles et bucoliques.

La piste du Canal Lachine
Linéaire et sans dénivelé, la piste cyclable du canal de Lachine s’étend sur 14,5 km entre le Vieux-Port et le parc René-Lévesque. Entièrement isolée de la circulation automobile, cette piste est asphaltée et partagée entre cyclistes, patineurs à roues alignées et piétons. Tout au long de la randonnée, un paysage diversifié défile : le Vieux-Port et ses gratte-ciel, les écluses et les murs de la voie navigable canalisée ainsi que les usines du XIXe siècle. Puis, peu à peu, on accède au quartier résidentiel qui débouche à Lachine.

Un itinéraire qui révèle au promeneur une jolie fresque dont les différents éléments témoignent aussi bien du dynamisme passé que de l’avenir prometteur du canal. De chaque côté de la piste cyclable, des sentiers de randonnée pédestre, de nombreuses tables de pique-nique et plusieurs espaces verts invitent à l’errance et au repos. Pas surprenant qu’elle soit la piste préférée de bien des Montréalais!

Le boulevard Gouin
Empruntant l’une des plus anciennes artères de l’île, la piste cyclable du boulevard Gouin Est suit le cours de la rivière des Prairies. Linéaire et plat, ce parcours de 20 km relie le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation et celui de la Pointe-aux-Prairies.
Le boulevard Gouin longe tout le nord-est de l’île et demeure facile à rejoindre par Christophe-Colomb ou Papineau, par exemple. En tournant à droite, on met le cap vers l’est. Quatre rues passées l’avenue Papineau, en bifurquant à gauche dans la rue De Lorimier, on arrive directement dans le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation.

À partir de là, la piste cyclable asphaltée, qui conduit au parc Aimé-Léonard, est idéale pour les cyclistes et les patineurs à roues alignées. Sur un peu plus de 5 km, elle est entourée d’arbres matures et présente une belle surface. La bande cyclable qui compose la seconde moitié du parcours est plus étroite; sa chaussée lézardée évoque le passé agricole du secteur. Mais le jeu en vaut la chandelle puis­qu’on traverse deux parcs débordants de nature verdoyante : celui du Ruisseau-de-Montigny et le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies.

La Voie maritime
Prisée par les mordus de vélo, la piste cyclable de la Voie maritime s’étend sur une fine bande de terre située entre le canal maritime et le fleuve Saint-Laurent. Totalisant environ 15 km de longueur, ce remblai relie le parc Jean-Drapeau aux écluses de Sainte-Catherine.

La randonnée commence avec la traversée du pont de la Concorde. Malgré l’incroyable vue sur Montréal et ses environs, l’affluence des voitures incite à accélérer la cadence jusqu’à l’île Notre-Dame par le pont des Îles. De retour sur la terre ferme, on pique vers l’autre bout de l’île en traversant le circuit Gilles-Villeneuve. Puis, il faut passer sous le pont Victoria pour rejoindre le premier tronçon (en poussière de roche) de la Voie maritime. Au bout de 3 km, la piste devient asphaltée. Dénuée de relief et bordée par deux belles rangées d’arbres sur toute sa longueur, elle laisse entrevoir le fleuve et son activité. Pas de voitures, juste un vent rafraîchissant. La voie étant trois fois plus large qu’une piste cyclable normale, les sportifs peuvent s’en donner à cÅ“ur joie. Paisible, la voie s’étend jusqu’au Récré-O-Parc. Véritable refuge d’oiseaux migrateurs, ce dernier compte 7 km de sentiers polyvalents qui invitent à la promenade à pied ou en patins à roues alignées.

La randonnée peut se poursuivre sur la Route verte «La Riveraine», qui s’étire tel un long ruban asphalté entre les petites municipalités de Sainte-Catherine et de Varennes.

L’Ouest-de-l’Île
Quel que soit son point de départ, ce long itinéraire, tantôt bordé de marinas tantôt de parcs, révèle de multiples points de vue sur l’eau. En partant de Lachine, on suit la piste cyclable qui mène jusqu’à Dorval. Le chemin Bord-du-Lac mène à Pointe-Claire, où il ne faut pas manquer la petite église Saint-Joachim, le couvent, ainsi que le vieux moulin (1709). De Pointe-Claire à Sainte-Anne-de-Bellevue, une piste cyclable, une bande cyclable ou une simple chaussée désignée conduit jusqu’à l’extrémité ouest de l’île. Suivant le rivage, la route est belle et plusieurs panneaux routiers rappellent aux automobilistes de respecter la limite de 50 km/h, voire 30 km/h à certains endroits.

L’île des SÅ“urs
À moins de cinq minutes du centre-ville, l’île des SÅ“urs dis­pose d’une quinzaine de kilo­mètres de pistes cyclables. La randonnée débute dans le chemin du Golf que l’on suit jusqu’à l’intersection du boulevard Marguerite-Bourgeoys. On bifurque alors vers la droite, dans la voie des berges du Saint-Laurent, un petit sentier gravelé de 1,5 km qui entraîne à l’écart de l’activité urbaine. Cette piste linéaire borde la rive et offre une vue de l’ouest du fleuve Saint-Laurent. Le sentier revient vers le centre de l’île pour déboucher sur la piste du boulevard de l’île des SÅ“urs, en longeant notamment le petit parc West Vancouver. Le tour de l’île prend fin sur le boulevard René-Lévesque, tout près de la place du Commerce.

Articles récents du même sujet