Évasion, loisirs et plein air

Visite au Népal: La majesté du Mustang

Susanne Sayers - Métro Copenhague

Le Népal comprend pas moins de trois pays en un seul, tous d’une beauté extraordinaire. Lors de notre visite au Mustang, une région népalaise voisine du célèbre Annapurna que beaucoup comparent à un Tibet qui n’aurait pas été envahi par la Chine, nous avons vu des yaks, des temples, des montagnes impressionnantes et des champs de pommiers, en plus de rencontrer des gens merveilleux.   

Ce n’est pas que la vive émotion suscitée par le vol matinal de Pokhara à Jomsom, la capitale du Mustang, qui fait battre rapidement nos cÅ“urs. Peureux, s’abstenir. L’aéronef semble tourner dangereusement près des contreforts montagneux. Comme Jomsom est juchée à près de 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, les voyageurs mettent un peu de temps pour s’accoutumer à l’altitude. Surtout s’ils arrivent par avion au lieu d’effectuer une ascension graduelle. Jusqu’à ce que leur corps s’ajuste, ils éprouvent des palpitations et ont parfois l’impression de suffoquer.

Il y a aussi de fortes chances que la vue leur coupe le souffle, mais sûrement pas la route principale de Jomsom, si elle peut porter un tel titre. Cette route poussiéreuse comporte principalement des hôtels, des auberges, quelques maisons de thé et des minuscules boutiques portant des noms prestigieux tels que le Complexe commercial de l’amitié. L’aspect modeste de la plupart des bâtiments les rend plutôt inintéressants. Toutefois, au moment où on lève les yeux, il est difficile de retenir une exclamation d’étonnement extrême.

Les Nîlgîri et le Dhaulagiri, deux des chaînes de montagnes les plus connues de la région himalayenne, surplombent Jomsom. Parfaitement blancs, sauvages et magnifiques, les sommets dominent le ciel presque toujours bleu du Mustang.

D’abord pour les montagnes
Ce sont les montagnes qui attirent la plupart des touristes au Mustang. En effet, Jomsom constitue le point de départ préféré de nombreux randonneurs de haute montagne. La majorité d’entre eux parcourent le circuit de l’Annapurna. Toutefois, ceux qui disposent du permis et des moyens financiers nécessaires peuvent pratiquer leur sport dans le royaume légendaire de Lo Manthang. Autrefois interdit d’accès, il est plus tibétain que népalais culturellement parlant, tout comme la plupart des habitants du Mustang sont bouddhistes plutôt qu’hindouistes.

Même si vous n’avez pas envie de faire de la randonnée en haute montagne, la région vaut tout de même la peine d’être visitée. Des Indiens y viennent par autobus entiers pour se recueillir dans le temple hindou sacré de Muktinath. En outre, on compte une profusion de temples bouddhistes, comme en témoigne la succession de drapeaux de prière jaunes, bleus, rouges, blancs et verts. De toute évidence, Muktinath est un lieu de culte.

Vous pouvez faire aussi de l’équitation dans les montagnes pour découvrir les petits villages cachés dans les pommeraies (Jomsom est célèbre pour ses pommes) ou des lacs grandioses. Néanmoins, ne vous attendez pas à y trouver une vie nocturne trépidante. Une fois la nuit tombée, la température peut devenir glaciale, et les Népalais se couchent tôt. Si vous êtes futé, vous suivrez leur exemple, car le premier avion bruyant en provenance de Pohkara, plein de nouveaux touristes aux yeux écarquillés et au souffle coupé, vous réveillera inévitablement à 6h 50 pile. 

Articles récents du même sujet