Évasion, loisirs et plein air

Comment déjouer les attrape-touristes?

China, Hong Kong, couple looking at incense by Po Lim Temple Photo: Métro
Philippe Jean Poirier - 37e Avenue

À l’étranger, un chauffeur de taxi vous propose un tour de ville qui finit par vous coûter la peau des fesses, ou un vendeur itinérant vous accoste pour vous proposer une sortie «exclusive». Dans les pays où le tourisme est la principale activité économique, les coquins aussi en profitent. Méfiez-vous!

Guide improvisé
«Je m’en allais justement par là!» a répondu l’homme croisé sur la rue. Gilles et Henriette, deux globe-trotters dans la soixantaine, venaient de lui demander où se trouvait une certaine église de Marrakech. En route vers l’église, l’homme croise un ami qui les informe que le bâtiment est fermé pour rénovations. Oh, mais les deux hommes connaissent un autre site bien meilleur… une tannerie à l’extérieur de la ville. Gilles et Henriette ne les ont pas suivis. Avec raison: en arrivant à l’église, ils ont constaté qu’elle était ouverte et qu’il n’y avait aucune trace de rénovations.

Prix local, prix «touriste»
Ryan est le globe-trotter à l’origine du site lesacados.com. Constatant qu’il subissait une soudaine inflation des prix en raison de son statut de touriste, il a mis au point une technique pour ne plus payer cette «taxe de voyage». Plutôt que demander le prix d’un repas au commerçant, ce qui, bien souvent, revient à demander une hausse, Ryan observe discrètement combien les gens de la place paient pour leur nourriture. Puis, il paie le même montant, sans demander le prix. Au commerçant de travailler, s’il veut pimenter la facture!

Pas de monnaie: comme c’est commode!
Une autre technique malveillante de la part des marchands est de prétendre ne pas avoir de monnaie au moment de conclure une transaction. C’est pourquoi Henriette et Gilles, qui ont voyagé sur cinq continents, ont pris l’habitude de vérifier de leurs yeux si le marchand avait de la monnaie avant de payer quoi que ce soit. Certains commerçants ne veulent plus redonner l’argent, et il faut argumenter.

Quelques précautions d’usage
Au fil de leurs voyages, Henriette et Gilles ont acquis quelques réflexes qui les ont bien servis jusqu’à maintenant. Ils gardent toujours leur argent sur eux, dans une petite pochette cachée sous leurs vêtements, plutôt que dans les bagages. Au milieu d’une foule, ils essaient de porter leur sac à dos sur le devant pour contrer les mains baladeuses.

Les deux voyageurs apportent toujours des photocopies de leurs passeports. Ainsi, ils n’ont pas besoin de laisser les originaux à l’hôtel lorsqu’une copie leur est demandée. Ils gardent les originaux sur eux en tout temps.

En taxi, où plusieurs cauchemars commencent, ils prennent soin de demander le prix de la course avant de monter, quitte à prendre le taxi suivant si le montant est excessif. Ensuite, ils posent des questions tout au long du trajet, pour montrer qu’ils savent où ils vont, même si ce n’est pas toujours le cas…

En bref
Agir avec assurance, faire mine de savoir où l’on va… en somme, ressembler le moins possible au touriste classique est sans doute le meilleur moyen d’éloigner les arnaqueurs!

Articles récents du même sujet