Habitation et immobilier

Des hébergements au poil à Montréal

Hébergement pour animaux
Où héberger à Montréal son compagnon poilu ou ailé que l’on ne peut emmener avec soi en vacances? Photo: iStock

C’est les vacances, hourra! mais où héberger son compagnon poilu ou ailé que l’on ne peut emmener avec soi? Nous avons repéré des centres sur l’île, certains luxueux, d’autres plus modestes, qui en prendront soin durant votre absence. Câlins compris, on imagine! 

Muzo — Sud-Ouest 

Ce somptueux hôtel pour chiens et chats inauguré en 2007 a été le premier du genre dans la métropole. Moderne et urbain, il offre des suites spacieuses — présidentielle ou de luxe — et de plus petits espaces. Gym canin intérieur climatisé, grand parc extérieur et salon de toilettage font partie des services de ce centre tout étoile. Et gagnez du temps grâce à son service de transport!  

Prix pour une suite «standard»: 60 $ la nuit 
5525, chemin de la Côte-Saint-Luc 

Doggieville — Sud-Ouest  

Le slogan de ce fastueux chalet canin? «Où le bonheur règne.» Se targuant d’être le meilleur complexe de luxe pour chiens au Canada, il offre à ses pensionnaires suites ou condos — aucune cage ici! Toutou bénéficie à la carte de divers services… au poil : hydrothérapie, spa, promenade privée, toilettage et plus. C’est de plus en compagnie de son quadrupède bien-aimé que l’on peut se relaxer au Café Ruby, sis dans l’établissement. 

Prix de base en «copropriété»: 70 $ par jour; pour une suite: 90 $ par jour 
3824, rue Saint-Patrick 

Les Anges gardiennes — Saint-Henri 

Cette entreprise de soins pour animaux, en activité depuis 20 ans, offre une pension pour chiens et chats dans un milieu familial, mais elle se spécialise aussi dans la visite à domicile pour les petits animaux. Les Anges gardiennes prennent donc également sous leurs ailes lapins, furets, oiseaux ou lézards. Et elles s’engagent à couvrir d’amour et d’attention vos « bébés » poilus, ailés ou écailleux.  

Prix de base en haute saison : 55 $ par jour 
930, rue De Courcelle (pour la pension) 

Manoir Kanisha — Ouest-de-l’Île 

Espèces domestiques diversifiées sont les bienvenues! Outre les chats et les chiens, la pension accueille rongeurs, lapins, oiseaux et reptiles. Logé sur un vaste terrain verdoyant (avec vue sur l’aéroport de Dorval) que fouleront les pensionnaires velus, ce centre fondé par une amoureuse des animaux fait ses preuves depuis maintenant 32 ans. Digne de confiance, non? 

Prix de base pour chien : 50 $ par jour ; pour chat : 40 $ par jour 
8020, avenue Broadway Nord 

Hôpital vétérinaire Journet — Plateau Mont-Royal  

Pour des services de pension, les cliniques et hôpitaux vétérinaires constituent aussi de précieuses ressources. Comme l’hôpital vétérinaire Journet, dans l’est du Plateau, qui héberge les minets seulement. L’opulence est certes moins au rendez-vous, mais les pensionnaires moustachus dorment dans de grandes cages, sous le regard attentif de l’équipe. 

Prix de base : 23,62 $ par jour  
2320, avenue du Mont-Royal Est 

Ces bons vieux réseaux sociaux… 

« Les groupes Facebook spécialisés sont des mines d’or pour trouver de bons plans! C’est grâce à un groupe que j’ai trouvé une pension à mes petites rates d’amour », témoigne la Montréalaise Cécile Retg. Lorsqu’on adopte un animal, il vaut donc assurément le coup de grossir les rangs de groupes voués à l’espèce en question. Vous pourriez y récolter de sages conseils et recevoir un coup de main salutaire.  

Magasiner son hébergement comme une pro 

Quels sont les éléments à évaluer lorsqu’on choisit une pension durant ses vacances pour son chien? Nous avons posé la question à Véronique Chantal, spécialiste en comportement canin du centre éducatif Le Chien Futé.  

D’abord, « les services offerts en fonction des besoins physiques et mentaux de son chien, a-t-elle répondu par courriel. Par exemple, la pension offre-t-elle des promenades individuelles? Des sorties en groupe? Des jouets interactifs pour les stimuler? Si oui, combien de fois et de temps par jour? »  

Ensuite, « la propreté, la sécurité et le confort des lieux et de l’enclos (ou cage, pièce, espace) assigné à votre chien. Est-il possible d’observer les lieux sur place ou uniquement par photo? Attention aux photos, qui ne sont pas toujours représentatives de l’environnement réel ».  

En outre, la formation du personnel qui interagit avec les chiens. « Est-il formé en comportement canin? Il est important qu’il en comprenne les subtilités afin de créer des groupes équilibrés pour les périodes de jeux intercanins. On s’assure par le fait même que le personnel est formé en renforcement positif et évite tout comportement physique négatif envers les chiens. »
 
Finalement, les avis (qu’on espère positifs) sur la pension. « Allez lire et vous informer! Ne tenez pas uniquement compte de la référence et de l’expérience de votre voisin, par exemple. Posez des questions à la pension canine et veillez à ce qu’elle prenne en considération vos besoins et ceux de votre chien. »  

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet