Manger et boire local

La vaisselle mangeable, bientôt sur votre table

Après la vaisselle compostable, la vaisselle mangeable! Le projet de recherche d’une professeure en design industriel de l’Université de Montréal offre de nouvelles perspectives en matière de consommation et de gastronomie. L’idée de pouvoir manger son assiette est venue à l’esprit de Diane Bisson en observant les poubelles de la maternelle de son fils. «En voyant régulièrement les barils pleins d’assiettes jetables et de gâteaux pas terminés, je me suis dit qu’il fallait étudier le concept de vaisselle comestible pour sensibiliser les gens à la fois d’un point de vue durable et social.»

Ce concept avait déjà été exploré par le passé, mais il n’avait que rarement été poussé aussi loin sur le plan gastronomique. En partenariat avec l’ITHQ (Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec), Mme Bisson a notamment créé une trentaine d’échantillons, dont une sorte de barquette à base de quinoa et de graines de pavot qui pourrait très bien accueillir une viande rouge et une sauce au poivre vert.

À faire chez soi

Le secret consiste à déconstruire une recette pour obtenir un échantillon qui se tient, qui est suffisamment fin, un goût, une forme et une couleur intéressants. «L’aliment est une matière vivante. Il est têtu et ne se laisse pas manipuler facilement», confie la designer. Dans une deuxième étape, elle compte travailler avec des chefs pour proposer un menu de cinq à sept services où la vaisselle fera partie des recettes.

Enfin, et c’est le troisième axe de sa recherche, il s’agira d’appliquer ses découvertes à la grande consommation. «Ça serait intéressant par exemple de concevoir des moules et des recettes pour que les gens puissent cuisiner leur vaisselle à la maison», dit-elle.

Le livre Comestible, l’aliment comme matériau et les photos présentant le travail de l’auteure seront présentés du 11 au 13 décembre à la galerie Commissaire

Articles récents du même sujet