Manger et boire local

Akhavan : caverne d’Ali Baba

L 'épicerie Akhavan, sur Sherbrooke ouest. Photo: Josie Desmarais/Métro

Du safran iranien aux boutons de rose, on trouve chez Akhavan une myriade d’ingrédients qui fleurent bon le Moyen et le Proche-Orient.

Il fallait un certain culot pour ouvrir une épicerie en 1989, en pleine récession mondiale et qui plus est, seulement quelques années après avoir immigré dans un nouveau pays. «Mon père travaillait dans l’alimentation en Iran, alors mes frères et moi connaissons ce domaine. On a débuté tout petit, rue Sherbrooke Ouest, et nous voilà avec deux supermarchés et un entrepôt-centre de production», raconte le copropriétaire Ali Ajabi. En langue arabe, Akhavan signifie d’ailleurs «frères».

Il y a un petit côté bazar chez Akhavan: en saison, des broches à kebab nous accueillent à l’entrée, et sur le mur qui longe les caisses se côtoient théières et casseroles, juste à côté du comptoir à emporter, d’où s’échappent des effluves de riz et de viandes grillées. Sans parler des longs étals où sont vendus en vrac fromages, noix, olives, fruits séchés et graines d’une variété impressionnante (jusqu’à celles de melon rouge!).

Les communautés moyen-orientales de Montréal viennent s’y approvisionner en produits de base : riz, épices (dont le précieux safran iranien), labneh, légumineuses, viande halal (marinée ou non), herbes séchées pour préparer la soupe traditionnelle, baklavas, biscuits arméniens, grenade, loukoum et, bien entendu, pains. «Il y a toujours du pain sur une table iranienne, dit Ali. Nous sommes très fiers d’offrir du pain barbari frais chaque jour, que nous confectionnons nous-mêmes.»

En fait, toutes les cultures se croisent dans cette caverne d’Ali Baba. Et quiconque s’est déjà frotté aux livres de recettes de Yotam Ottolenghi s’est un jour retrouvé en quête d’ingrédients mystérieux comme l’épine-vinette ou les boutons de rose. « On utilise énormément la rose dans nos desserts, soit séchée et réduite en poudre, ou alors sous forme d’eau de rose. Chez nous, on fait infuser les boutons dans notre thé, et on se sert aussi de l’eau de rose pour se laver les mains. On dit qu’en mettre quelques gouttes sur son oreiller permet de bien dormir et de faire de beaux rêves. La preuve que ça fonctionne : ouvrez une boîte de sardines et posez-la près de votre lit pour voir si vous allez passer une bonne nuit ! », s’exclame-t-il dans un grand éclat de rire contagieux.

Par contre, il y a deux produits qu’on ne trouve pas chez Akhavan: des chips et de la liqueur. Car les frères Ajabi ferment leurs portes à la malbouffe, et c’est tout à leur honneur.


Supermarché Akhavan

6170, rue Sherbrooke Ouest, Notre-Dame-de-Grâce et 15760, boul. Pierrefonds, Pierrefonds.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet