Manger et boire local

Renaissance de Bilbao, un effet monstre

Photo: collaboration spéciale

En direction de la rive gauche, sur le pont de la Salve, qui enjambe la Ria du Nervión, la vue est splendide : de larges structures argentées superposées, tout en courbes, attirent la lumière et se reflètent dans l’eau, créant un tableau moderne et surréaliste.

Difficile d’imaginer aujourd’hui cette ancienne Bilbao terne et peu attirante dont parlent certains!

C’est en grande partie grâce à l’immense structure argentée du musée Guggenheim désormais connue partout dans le monde, que Bilbao, dans le nord de l’Espagne, a réussi à se transformer. En 1991, devant la déconfiture que vit la ville à la suite de la crise économique qui a ravagé l’industrie basque espagnole, on réagit en investissant dans un projet de transformation urbaine. Plus précisément, le gouvernement et la municipalité jouent gros en présentant la candidature de Bilbao à la Fondation Solomon R. Guggenheim dans l’espoir, avec un nouveau musée, d’être son antenne européenne. Six ans plus tard, le musée Guggenheim est inauguré, transformant le visage de Bilbao.

Le succès du plan d’urbanisme de Bilbao, avec, comme point de départ le musée Guggenheim, dessiné par Franck Gehry, un architecte canadien, est tel que, rapidement, dans le milieu de l’architecture, on parle de «l’effet Bilbao».

C’est que, depuis l’inauguration du musée, la ville n’a jamais cessé d’évoluer. En quelques années, le développement urbanistique a été mis de l’avant, les façades des bâtiments ont été rénovées, et les activités portuaires ont été déplacées afin que Bilbao se réapproprie les berges du centre-ville.

Par ailleurs, à la suite de l’inauguration du musée Guggenheim, on a lancé un appel public dont le mot d’ordre a été la qualité architecturale. Ainsi, de grands architectes ont laissé leur empreinte à Bilbao en inaugurant un nouvel aéroport, le pont, tout blanc, de Santiago Calatrava et la tour moderne Iberdrola, par exemple.

Résultat : en 20 ans, Bilbao est passée d’une ville morte à une ville touristique où le nombre de visites dépasse celui enregistré dans les stations balnéaires espagnoles prisées.

Aujourd’hui, le musée Guggenheim de Bilbao est considéré comme un modèle d’investissement culturel dont les retombées ont su conférer une image positive à toute une région. Et, bien que les années aient passé, «l’effet Bilbao», lui, est resté.

Phénomène : les «starchitectes»
Le musée dessiné par Franck Gehry, un architecte canadien qui a signé des œuvres partout dans le monde, est souvent cité comme une des grandes réalisations architecturales des dernières années et a su créer un précédent dans le monde de l’architecture. En effet, c’est au musée Guggenheim de Bilbao qu’on associe l’arrivée du phénomène des «starchitectes», des architectes qui deviennent des stars grâce à leurs créations. C’est le cas de Franck Gehry qui, grâce au musée Guggenheim, a su frapper l’imaginaire avec, à l’extérieur, de grandes feuilles de titane en forme de vagues, et à l’intérieur, des passerelles étroites menant d’une salle à l’autre et bouleversant les repères spatiaux du visiteur.

Intérieur musée - Fournie par Guggenheim
Le musée Guggenheim a été dessiné par un architecte canadien. / collaboration spéciale

Articles récents du même sujet