Manger et boire local

Les Montréalais refusent de payer cher pour les copropriétés

Quand vient le temps d’acheter un logement en copropriété, les Mon­tréalais préfèrent les logements à prix modique, révèle un sondage TD Canada Trust. Si plus de la moitié des répondants (58 %) refusent de payer plus de 200 000 $ pour un logement en copropriété de deux chambres, 32 % accepteraient de payer entre 200 000 et 400 000 $.

De plus, 58 % des répondants affirment ne pas être prêts à débourser plus de 200 $ par mois en frais de copropriété.

Aspirations réalistes
Selon l’Étude sur le prix des maisons au Canada de Royal LePage, les Montréalais ne sont pas irréalistes lorsqu’ils espèrent acquérir un logement en copropriété de 200 000 $. Au cours du premier trimestre 2008, le prix moyen en ville d’un logement en copropriété de catégorie standard était de 201 778$, ou 2,2 % de plus qu’à la même période en 2007. Quant au prix moyen à l’échelle nationale, il était de 240 423 $, une hausse de 6,9 % par rapport au premier trimestre 2007.

«Les acheteurs de logements en copropriété à Montréal ont eu la chance de profiter d’un marché qui n’est pas aussi surchauffé que celui de certaines autres villes, surtout dans l’Ouest du Canada, a affirmé par voie de communiqué Joan Dal Bianco, vice-présidente, Crédit ga­ranti par des biens immobiliers. Et puisque les économistes prévoient l’abordabilité accrue des marchés de l’habitation au Canada pour l’année en cours et la suivante, les Montréalais peuvent s’attendre à ce que cette tendance se maintienne.»

Au pays, la popularité des logements en copropriété augmente sans cesse. Près de la moitié des Canadiens en milieu urbain (48 %) envisageraient d’acheter un logement en copropriété à titre de résidence principale, une hausse par rapport à 2007 (39 %).

Ce sondage en ligne a été mené par Angus Reid Stra­tegies du 20 au 25 mars auprès de 1 200 répondants.

Articles récents du même sujet