Manger et boire local

Traiter le cancer au bon moment de la journée

Le moment de la journée où un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie est administré peut avoir une influence marquée sur l’efficacité thérapeutique de l’intervention, de même que sur l’ampleur des effets indésirables.

Des chercheurs d’un peu partout dans le monde s’intéressent de plus en plus à la chronothérapie, une bran­che de la pharmacologie qui prend en compte les ryth­mes circadiens du patient.  

Chimiothérapie : durant la nuit ou l’après-midi
La chimiothérapie vise la destruction des cellules cancéreuses. Il arrive toutefois que le médicament administré dans ce but touche des cellules saines. Le but de la chronothérapie est de déterminer les moments où les cellules saines sont au repos afin d’optimiser l’action du médicament, qui touchera alors les cellules cancéreuses. En effet, celles-ci n’ont de cesse de se livrer à un processus de division effréné.

Les travaux du chronothérapeute français Francis Lévi, de l’Université de Paris-
Sud-11, indiquent que, dans plusieurs cas, le choix judicieux du moment où l’on administre la chimiothérapie peut diviser par cinq les effets indésirables et doubler l’effet thérapeutique recherché. On a ainsi pu démontrer que, suivant le médicament administré, le moment optimal du traitement pouvait se situer entre 1 h et 4 h du matin ou 13 h et 16 h de l’après-midi.

Radiothérapie le matin
Le chercheur canadien Georg Bjarnason, de l’Université de Toronto, s’est pour sa part penché sur le problème des mucosites, un effet indésirable très douloureux causé par les thérapies à base de fortes doses de radiation.

Sur les 206 malades examinés dans le cadre de son étude, 43 % des personnes traitées le matin ont souffert d’une mucosite grave, contre 67 % des individus traités en fin d’après-midi. Par ailleurs, l’inflammation progressait moins rapidement et avec moins de virulence chez les personnes irradiées en matinée.

Passeportsanté.net 

Articles récents du même sujet