Manger et boire local

Laval, lieu gastronomique insoupçonné

Photo: Mario Beauregard/Métro

Voisine de la métropole, Laval est méconnue de bien des Montréalais, notamment sur le plan gastronomique. Agneaux, fromages de chèvre et jus naturels sont pourtant des fiertés locales et goûteuses, qui seront à l’honneur les 20 et 21 février au festival Montréal en lumière. Tour d’horizon des bonnes adresses lavalloises.

Les produits de la terre et de l’élevage
Qui aurait cru qu’on élevait des agneaux à Laval? C’est pourtant le défi qu’ont relevé Donald Beaulieu et Véronique Lefebvre avec Agneaux de Laval, dont le cheptel compte 140 bêtes. Leurs produits font le bonheur de Sylvain Gilbert, chef enseignant à l’École hôtelière de Laval, qui leur commande des pièces pour ses cours tant la qualité de leurs viandes est remarquable.

La ferme d’Auteuil fait également partie des coups de cœur du chef pour ses framboises, fraises, tomates, piments et aubergines, tous disponibles en autocueillette l’été. Ils s’envolent comme des petits pains chauds, tout comme les conserves et ketchups maison des Délices d’Agathe, propriétaire de la ferme.

Laval compte aussi quelques secrets bien gardés, comme ces nombreux kiosques situés le long des grandes routes auxquels on peut s’arrêter pour se procurer du maïs frais cassé du jour, des petits fruits et des tomates savoureux, à peine cueillis. Et c’est sans compter la Ferme Jeunes au travail, qui cultive la terre et offre un service de traiteur, le tout grâce à des jeunes de 16 à 25 ans effectuant une démarche d’insertion socioprofessionnelle. Saveurs et bonnes actions se marient dans leurs produits lavallois.

Les bonnes tables
Tous reconnaissent le restaurant Le Mitoyen comme une véritable institution à Laval, non seulement parce qu’il a ouvert en 1977, mais aussi pour la qualité des plats servis par son chef Richard Bastien. Le chef Sylvain Gilbert vante d’ailleurs l’attention toute spéciale que porte son propriétaire aux produits locaux, en vedette sur sa table. L’automne, Richard Bastien fait d’ailleurs le plein de légumes racines pour pouvoir en servir jusqu’à la fin février.

«On ne fait pas de la gastronomie lavalloise, mais de la gastronomie tout court», affirme d’emblée Richard Bastien, soulignant que les tables de Laval sont de grande qualité. Les Enfants terribles, le Café Le Signet, le Bistro l’Aromate et les Contrebandiers figurent aussi sur la liste des bonnes adresses. L’École hôtelière de Laval est également un lieu important du savoir-faire gastronomique local. On peut d’ailleurs se régaler au Grand cru, sa salle à manger où œuvrent ses étudiants.

Les détaillants originaux
«La fromagerie du Vieux St-François est vraiment intéressante, avec ses petits fromages de chèvre, surtout ses “bouchées d’amour”», explique le chef Sylvain Gilbert, passionné de cuisine du terroir. Tous ses produits sont faits à partir du lait de chèvre de la Chevrière de Monnoir, située de l’autre côté du fleuve, à Marieville.

Les Assaisonnements Épis D’or égaient n’importe quel plat avec leurs mélanges savoureux préparés au Québec, comme l’Ail des îles. À la Chocolaterie-Pâtisserie Raffin, la France et le Québec se marient harmonieusement en de sublimes macarons, chocolats truffés et viennoiseries décadentes.

Pour ceux qui ont une petite soif, Gingo fait de plus en plus parler d’elle pour ses jus naturels à base de gingembre et l’expansion rapide que prend cette entreprise familiale fondée en 2009 dans le quartier industriel de Laval.

Montréal en lumière
La 17e édition du festival Montréal en lumière débute jeudi et se poursuit jusqu’au 5 mars. Laval est, cette année, la région québécoise à découvrir du volet gastronomique. Plusieurs activités seront offertes pour mettre ses chefs et ses producteurs en vedette.
Toutes les infos

Articles récents du même sujet