Jeux vidéo
13:28 21 novembre 2020 | mise à jour le: 21 novembre 2020 à 15:29 temps de lecture: 7 minutes

Critique – Fuser

Critique – Fuser

Plusieurs jeux ont tenté en vain de recréer le métier de DJ: aucun n’arrive à la cheville de Fuser, le nouveau jeu de rythme d’Harmonix. Puisqu’il ne s’agit pas simplement de frotter un disque ou appuyer sur des boutons : c’est la satisfaction de créer quelque chose de nouveau ou surprenant à partir d’échantillons musicaux. Si vous n’avez jamais vu le résultat d’une partie réussie de Fuser, accrochez-vous, vous allez tomber de votre chaise.

En fait, Fuser est la refonte d’un autre jeu d’Harmonix (le studio derrière Rock Band) beaucoup plus étrange : Dropmix. Sorti en 2017, celui-ci vous demandait d’acheter son kit de démarrage à plus d’une centaine de dollars. Sur une grosse plateforme nécessitant des piles, on y déposait un iPad pour démarrer une partie. C’était en fait un jeu de cartes où deux équipes s’affrontaient en déposant des cartes RFID sur la plateforme. Chaque carte ajoutait un son au mix (drum, bass, voix, ou autres), créant un mashup tout en suivant les demandes spéciales à l’écran.

Vous l’aurez deviné : si vous voulez agrandir votre librairie de son, il fallait acheter des booster packs. Évidemment, c’était beaucoup trop dispendieux pour le grand public (et aussi trop niche comme concept), c’est pourquoi il est tombé à l’eau.

Après un long soupir de soulagement, ce concept est de retour en force avec Fuser, une version jeu vidéo beaucoup plus complète, profonde et abordable que son prédécesseur. En plus, les mashups créés se partagent très bien sur les réseaux sociaux (si les droits d’auteur ne vous censurent pas!) Écoutez le mix d’Harmonix ci-dessous et vous comprendrez le hype.

Des mix à tomber sur le cue

Au début, je m’attendais à simplement changer les disques sur les platines à la manière de Dropmix, mais tout au long de la campagne, de nouvelles mécaniques sont introduites. À la toute fin, on se rend compte qu’il est tellement profond que c’est pratiquement un outil de création professionnel!

On commence une partie en choisissant jusqu’à 24 chansons à traîner avec nous sur scène, sur la centaine de pistes disponibles dans la version de base. Certains albums sont obligatoires dans chacune des missions de la campagne.

Sur scène, on possède 4 platines. Il suffit de mettre le curseur sur une chanson et d’appuyer sur l’un des quatre boutons pour faire jouer un des instruments sur l’une des platines. La batterie, guitare, basse, et les voix sont automatiquement harmonisées selon la vitesse du mix (c’est pourquoi ça sonne toujours si bien)!

Pour faire des points, on doit lancer ces échantillons à la fin d’une mesure. Plus tard, on vous apprend que chaque piste audio possède des «cues» par instruments. Vous pouvez alors facilement intégrer le disque au moment parfait.

On peut aussi éjecter des disques, les faire jouer en solo, ou les mettre temporairement en sourdine pour laisser plus d’espace au reste. C’est la clé pour créer un mix qui n’est pas toujours trop haut en énergie. Il est aussi possible d’ajuster le volume de chaque platine, d’ajouter des effets, d’improviser sur un instrument, d’ajuster le tempo, bref, vous finirez par avoir chaud, je vous le garantis.

Dans la campagne, on doit répondre aux demandes pour obtenir le plus d’étoiles possible. «Avoir deux pistes de guitares qui jouent simultanément», «Ajouter un effet précis», 

La foule a aussi des demandes spéciales, y allant souvent pour des chansons spécifiques ou des décennies en particulier. Si la foule a deux demandes spéciales en même temps, peut-être qu’un seul morceau ferait plaisir à tout le monde et vous permettrait de faire un combo!

Atteindre 5 étoiles n’est pas aussi clair que dans un Rock Band. Après un peu de pratique, vous saurez maîtriser les outils, mais les demandes vous posent parfois problème si le multitasking devient trop intense. J’avais parfois l’impression de jouer à Cook Serve Delicious tellement on doit tout surveiller de près et être hautement réactif. C’est aussi ce qui vous donne un énorme sentiment d’accomplissement lorsque les étoiles s’alignent et que vous complétez un objectif avec un mix bon à vous dresser le poil des bras.

Le mode freeplay pourrait facilement être renommé «merde, je n’ai pas vu le temps passer» tellement on y prend goût. Pas d’objectif, juste vous et votre créativité.

De la création musicale à son meilleur

La plus grande réussite de Fuser, c’est d’avoir évité de tomber dans le piège de la traditionnelle partition déroulante avec des boutons où il faut appuyer au bon moment, comme tous les autres jeux de rythme. Ça nous permet de nous concentrer sur l’écoute, l’improvisation et le multitasking. C’est VOUS qui devez faire un effort pour rendre le mix plus attrayant pour l’auditoire, et bien que vous devez respecter certaines demandes pour avoir un bon score, vous devez prendre des décisions créatives, plutôt que de simplement répondre aux ordres. C’est aussi à ce moment qu’on devient accro, puisqu’on peut être fier du mashup surprenant qu’on vient de créer.

Fuser n’est pas sans limites par contre : je peux imaginer qu’après plusieurs dizaines d’heures de jeux, on pourrait se lasser de la librairie musicale offerte. Ce n’est pas pour rien que déjà au lancement, 25 chansons supplémentaires soient déjà disponibles. C’est une bonne nouvelle pour la longévité du jeu, mais pour ma part, je trouve le prix du DLC beaucoup trop dispendieux. C’est 2,50$ par chanson. Au prix de 4 chansons, vous avez un album complet sur iTunes. Le problème c’est surtout qu’on n’entend jamais une chanson en entier dans le mashup : on peut donc moins en profiter, contrairement à un jeu de rythme standard où on peut tenter d’obtenir le meilleur score. Si vous achetez Ironic d’Alanis Morissette, ce n’est certainement pas pour sa piste de batterie, ou sa basse. Ça revient donc un peu cher pour une piste vocale que vous n’utiliserez que quelques fois seulement.

La sélection contient aussi énormément de «classiques» que vous n’aurez peut-être pas le goût de faire jouer des dizaines de fois. Notamment All Star de Smash Mouth, devenu un meme depuis quelques années, qui est peut-être inclus seulement pour ironie…

Néanmoins, le gameplay est tellement satisfaisant et énergisant que ça donne réellement envie de créer des mix. Qui sait, peut-être que Fuser poussera des gens vers la production musicale ou ramènera en grand la mode des mashups.

Verdict

Les plus

  • Réplique réellement le sentiment d’être un DJ
  • Des résultats incroyables et parfois hilarants
  • Les outils fournis sont étonnamment profonds
  • Le contrôle est intuitif même à la manette

Les moins

  • Débloquer de nouvelles pistes prend beaucoup de temps
  • Chansons supplémentaires en DLC dispendieuses
  • Multijoueur en ligne seulement

Note finale

8 / 10

Un texte de Martin Brisebois de Jeux.ca

Articles similaires