Jeux vidéo
14:50 13 février 2021 | mise à jour le: 13 février 2021 à 15:29 temps de lecture: 8 minutes

Critique – Super Mario 3D World + Bowser’s Fury

Critique – Super Mario 3D World + Bowser’s Fury

Ça y est: tous les jeux de Wii U exclusifs qui en valent la peine sont finalement disponibles sur Nintendo Switch. La cerise sur le sundae, c’est l’excellent Super Mario 3D World, un indispensable pour tout amateur de jeu de plateforme. Pour s’assurer de charmer tout le monde (y compris ceux qui l’ont terminé en 2013) la version Switch contient une nouvelle campagne et plusieurs ajouts grandement appréciés.

Bowser’s Fury, un chapitre manquant d’Odyssey

La nouvelle campagne greffée à Super Mario 3D World, Bowser’s Fury est assez inattendue. Pas seulement parce qu’elle met en scène le combat d’un gigantesque Bowser couvert de pétrole contre un Mario-chat Super Saiyan, mais surtout parce qu’elle se rapproche plus de Super Mario Odyssey que 3D World.

D’abord, c’est une grande carte à monde ouvert à explorer. De petites îles contiennent chacune un phare qui nécessite 5 «étoiles» (des cat shines dans cette version) pour être complété. À la manière de Super Mario 64, Sunshine ou Odyssey, elles sont la récompense pour avoir terminé un défi. Ça peut être l’escalade d’une tour qui met à l’épreuve vos talents de platforming, une course contre la montre, la collecte de pièces bleues ou de médailles en forme de chats, une bataille contre un boss, bref, une grande variété d’activités. C’est du Mario 3D à son meilleur. Difficile de poser la manette: je suis persuadé que plusieurs dévoreront cette extension en une seule séance.

Le clou du spectacle reste le Bowser géant qui peut apparaître à tout moment. Il fait tomber des boules de feu du ciel et crache un jet de flamme, ce qui peut être particulièrement gênant pendant une section de platforming précise. Pour le chasser temporairement, vous pouvez simplement attendre que ça passe, ou acquérir un «cat shine». 

Pour l’affronter, une cloche géante apparaît sur la carte lorsque vous aurez amassé un certain nombre de cat shine. Prenez cette cloche pour vous transformer en chat géant et combattez le roi des Koopa en face à face. Chaque phare que vous aurez complété auparavant aura enlevé une portion de la barre de vie de Bowser, rendant cette bataille de boss un peu moins ardue (même si elle est tout de même assez facile). Chaque combat réussi vous ouvre une nouvelle section de la carte, jusqu’au troisième et dernier combat.

C’est vraiment l’année de Bowser Jr. Après son adorable chapitre dans Paper Mario, il revient émouvoir avec un appel à l’aide bien senti. Il explique qu’il ferait tout pour aider son père, qui n’est plus le même lorsqu’il est en contact avec ce liquide et que sa colère lui fait peur. (J’ai probablement joué à trop d’indies dramatiques, puisque j’y voyais une potentielle métaphore pour un père alcoolique à la Papo & Yo, mais bon, ce ne serait pas très «Nintendo»!)

Bowser Jr est une aide proposée au joueur. Il peut ramasser les pièces de monnaie et éliminer des ennemis. À vous de choisir à quel point vous avez besoin de son coup de main (à changer dans les options du jeu). Il peut aussi être contrôlé par un second joueur, un peu comme le mode co-op de Super Mario Galaxy.

Pauvre Bowser Jr…

Après les rumeurs (ou souhaits des fans) d’un DLC Mario Sunshine pour Odyssey, on a réellement l’impression que Bowser’s Fury est ce contenu téléchargeable dans un nouvel emballage. Bowser Jr, de la peinture noire, une carte ouverte avec une multitude d’étoiles à trouver… Il ne manque que Capy! En même temps, tous ces ennemis et mécaniques sont tirés de 3D World. C’est donc un drôle de mélange, mais qui répond tout de même aux attentes.

Bowser’s Fury n’est pas le seul bonus inclus avec Super Mario 3D World. Avec chaque copie, vous recevez gratuitement la déception de ne pas avoir eu droit à une vraie suite au lieu d’un port. (Oups, le fan amer a pris le contrôle pendant un instant.) On comprend que du point de vue monétaire, c’est tout à fait logique. En comparant les ventes de Mario Kart 8 sur Wii U et Switch (8,45 contre 33,41 millions de copies), on se dit que le port de 3D World sur Switch pourrait gonfler ses chiffres de ventes (6 millions de copies vendues sur Wii U) et rendre son développement encore plus lucratif. 

Après les quelques heures de Bowser’s Fury, on reste sur notre faim. C’est comme si on vous offrait le meilleur gâteau auquel vous avez eu la chance de goûter, mais qu’il n’existait qu’un seul morceau de 2 cm par 2 cm et que la recette avait été jetée dans un volcan par le chef qui l’a cuisiné. On en prendrait plus, mais nous savons bien que Nintendo ne sort que très rarement deux jeux de la même série sur une plateforme, et qu’un autre 7 ans d’attente serait désolant.

Super Mario 3D World: l’hybride parfait entre le 2D et la 3D

Désolant, parce que la série 3D Land/3D World est absolument fantastique. C’est un curieux hybride entre le level design précis et linéaire des jeux de plateformes 2D, et la beauté, la variété et l’exploration des Mario en 3D. Le meilleur des deux mondes.

On est loin des visuels plats et générique de la série New Super Mario Bros: ici, tout le décor est magnifique. C’est aussi beaucoup plus agréable d’y jouer à plusieurs, comparé au chaos incontrôlable des New Super Mario Bros. D’ailleurs, vous serez heureux d’apprendre en ce temps de pandémie que cette fois, le multijoueur n’est pas seulement local, mais aussi en ligne! 

Une autre minuscule amélioration qui fait toute la différence: votre personnage marche un peu plus rapidement dans cette nouvelle version. Ça rend le jeu beaucoup plus dynamique, et peut-être un peu plus attirant pour les speed-runners.

Chaque niveau regorge d’idées créatives côté level design, ennemis et environnement. Dans cet essai vidéo de Game Maker’s Toolkit, Mark Brown nous explique que 3D World utilise une tradition de Nintendo: un concept en 4 étapes. D’abord, son introduction dans un environnement sécuritaire, pour que le joueur se familiarise avec lui. Puis, une section plus ardue exploite le cœur même ce nouvel élément de gameplay. Ensuite, un twist est ajouté, mélangeant cette nouvelle mécanique avec une deuxième, ou dans un contexte encore plus difficile. Finalement, le drapeau à la fin de chaque niveau reprend cette mécanique et vous demande de la maîtriser parfaitement.

Le résultat, c’est une courbe de difficulté d’une douceur exemplaire, qui permet de conclure l’expérience avec des tonnes de concept en un seul niveau, sans jamais paraître intimidant. Le jeu reste alors rafraîchissant tout au long de l’expérience, se renouvelle constamment.

Comme la plupart des jeux Nintendo, on y trouve des défis optionnels plus laborieux pour ceux qui souhaitent un plus grand challenge. Cette fois, ce sont les 3 étoiles vertes par niveaux, qui demandent plus d’effort pour être obtenus. Un enfant pourra donc terminer les niveaux en se rendant simplement au drapeau, tandis que le joueur habitué passera chaque section au peigne fin pour y trouver des secrets. Donc accessible à tous, petits et grands, joueurs occasionnels ou hardcores: tout le monde y trouve son compte. 

Bowser, bientôt à Illumi?

«Double dip», le nouveau «remastered»

Est-ce que Super Mario 3D World + Bowser Fury en vaut la peine? Si vous n’avez jamais joué à l’original, c’est un gros ABSOLUMENT en majuscule fluo, surligné et encerclé. Il compte définitivement parmi les meilleurs jeux Mario (même meilleur que Super Mario Odyssey, selon mon avis personnel), et sans aucun doute l’un des jeux les plus accessibles, amusants, varié, et réconfortant de la Switch.

Si vous l’avez déjà terminé sur Wii U, c’est ici que ça se corse. Il est vendu à plein prix (80$) et ne contient pas d’amélioration graphique ou avantage autre que le nouveau monde et le multijoueur en ligne. C’est donc cher payé pour un port direct, et particulièrement frustrant si vous l’aviez acheté en digital la génération passée et qu’il n’est pas transférable. Sachez que la version numérique Wii U est actuellement à 20$ sur le eShop: la différence de prix est donc ahurissante. Oui, le nouveau contenu est tout à fait génial, mais est-ce que cet ajout de quelques heures justifie pour vous le 60$ supplémentaire? Peut-être que le plaisir de rejouer l’excellent Super Mario 3D World l’est, ou que son côté nouvellement portatif vous parle. Si c’est le cas, n’hésitez pas une seconde.

Un texte de Martin Brisebois de Jeux.ca

Articles similaires