Les choix de la rédac
17:54 18 novembre 2020 | mise à jour le: 18 novembre 2020 à 17:52 temps de lecture: 5 minutes

Diversité: la communauté juive offre son soutien à Marvin Rotrand

Diversité: la communauté juive offre son soutien à Marvin Rotrand
Photo: Zacharie Goudreault/MétroLe conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand.

Des membres de la communauté juive de Montréal ont vivement dénoncé mercredi les propos tenus la veille par l’élue de Projet Montréal Cathy Wong, qui a appelé le doyen de l’hôtel de ville, Marvin Rotrand, à «laisser sa place» pour faciliter l’arrivée de candidats de la diversité aux prochaines élections municipales.

Le conseil municipal a adopté à l’unanimité mardi une motion amendée du conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand, qui occupe ce poste depuis 38 ans. Celle-ci demande à tous les partis politiques à l’hôtel de ville de présenter un minimum d’un tiers de candidats issus «des diversités» aux prochaines élections municipales, incluant les minorités visibles, les personnes d’origine autochtone et celles ayant un handicap.

Mardi, la responsable de la lutte au racisme et à discrimination au comité exécutif, Mme Wong, a salué cette motion. Elle a toutefois qualifié de «paradoxe» le fait que le conseiller indépendant de Snowdon, âgé de 69 ans, «lance un appel au renouvellement» alors que lui-même se représente «mandat après mandat» depuis 1982.

Laisser place à la diversité

Actuellement, sur l’ensemble des 65 élus au conseil municipal, quatre sont membres d’une minorité visible. En plus de Mme Wong, on compte trois élus d’Ensemble Montréal, soit Alan DeSousa, Abdelhaq Sari et Josué Corvil. Or, les minorités visibles représentent environ 33% des Montréalais, selon des données de la Ville. Une situation reliée au fait que les candidats issus de la diversité font face à «trop de barrières en politique», selon Cathy Wong.

«Alors, M. Rotrand, comment faire face à la diversité, à la relève, si certains élus s’accrochent à leur siège, mandat après mandat, décennie après décennie, et sollicitent de nouveaux mandats à chaque fois? Il devient alors très difficile pour la diversité et pour la relève de prendre sa place», a ajouté Mme Wong, en séance du conseil municipal.

Elle a ainsi invité Marvin Rotrand à envisager de laisser sa place aux prochaines élections municipales pour donner la chance à un éventuel candidat des minorités visibles de remporter le district de Snowdon en novembre 2021.

La communauté juive indignée

Plusieurs groupes contactés par Métro mercredi ont toutefois rappelé que M. Rotrand compte parmi les rares représentants de la communauté juive au conseil municipal, avec le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. Cette communauté est d’ailleurs bien présente dans le district de Snowdon, comme c’est le cas à Outremont et à Côte-des-Neiges, notamment.

«Nous sommes profondément troublés par les propos de Mme Wong. En demandant à un élu juif de céder sa place à la diversité, Mme Wong donne à entendre qu’elle exclut les Juifs montréalais de la diversité de la métropole», s’indigne la vice-présidente du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA-Québec), Eta Yudin, qui a contacté Mme Wong mercredi pour lui demander de corriger le tir.

Mme Yudin rappelle d’ailleurs que les Juifs, qui sont plus de 90 000 dans la région métropolitaine, «forment une communauté minoritaire historique à Montréal qui n’échappe pas aux défis rencontrés par d’autres minorités».

«Tout le monde dans la communauté juive connaît Marvin Rotrand», souligne pour sa part Mark Groysberg, de la Communauté unie des juifs russophones du Québec, qui salue «la mobilisation» de l’élu, notamment pour contrer l’antisémitisme.

Une diversité «exclusive»

Le parti Projet Montréal affirme faire de la diversité un de ses chevaux de bataille en prévision du prochain scrutin municipal. Cette diversité ne doit toutefois pas être «exclusive», prévient le directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), Fo Niemi.

«Dans le cas de M. Rotrand, on le réduit à un homme blanc qui est là depuis quarante ans, mais on oublie certains points. C’est un des rares représentants de la communauté juive au conseil municipal», note-t-il. C’est aussi un des élus les plus âgés à l’hôtel de ville, alors même que les aînés représentent une part grandissante de la population, ajoute-t-il.

La directrice de la Ligue des Noirs nouvelle génération, Anastasia Marcelin, a pour sa part salué l’implication de Marvin Rotrand depuis plusieurs années pour augmenter la diversité à l’hôtel de ville. «M. Rotrand est une des personnes qui a fait avancer notre cause», affirme-t-elle à Métro.

«On ne doit pas réduire la diversité à une définition. M. Rotrand représente lui aussi la diversité à plusieurs niveaux.» -Fo Niemi, directeur général du CRARR

Limiter le nombre de mandats

Métro n’a pu obtenir d’entrevue avec Mme Wong, mercredi. Le cabinet de l’administration Plante nous a toutefois acheminé la réponse qu’entend fournir l’élue à CIJA-Québec.

«La communauté juive fait évidemment partie de la diversité montréalaise, et j’en profite pour réitérer notre engagement profond à la Ville de Montréal et à Projet Montréal de lutter contre le racisme, les discriminations et favoriser l’inclusion de toutes les Montréalaises et Montréalais», écrit-elle.

L’élue assure qu’elle ne voulait s’attaquer ni à la religion ni à l’âge de M. Rotrand. Par ses propos, mardi, elle souhaitait plutôt dénoncer «cette culture politique du cumul illimité et ininterrompu de l’exercice du pouvoir».

«S’ils veulent proposer une limite du nombre de termes [pour les élus municipaux], ils peuvent faire pression en ce sens au gouvernement du Québec», réplique M. Rotrand, en entrevue mercredi. Il se désole d’ailleurs de la tournure qu’a pris le débat autour de sa motion.

«Je ne suis pas ici pour me battre avec les autres. Je veux amener les partis à promouvoir le changement», ajoute-t-il.

Articles similaires