Ahuntsic-Cartierville
16:59 2 juin 2020 | mise à jour le: 2 juin 2020 à 16:59 temps de lecture: 3 minutes

Deux roues à tout faire

Deux roues à tout faire
Photo: Collaboration spéciale/Laurent LewisDes livraisons de nourritures pour des bénéficiaires de l’aide alimentaire, le vélo peut finalement servir à tout.

Un système de partage de remorques pour vélo a été mis en place à Ahuntsic-Cartierville. Les initiateurs du projet LocoMotion veulent inciter les citoyens à utiliser leur bicyclette pour tout transporter.

Il y a déjà six remorques réparties dans les quartiers Fleury, Fleury Ouest et Youville. Ils ont été choisis après un sondage mené cet hiver.

«Ce qui aide et permet de rapidement atteindre la mobilisation des gens, c’est la présence de personnes déjà vendues à l’idée», souligne la coordinatrice, Maude Lapointe.

La démarche est certes de populariser l’usage des remorques, mais plus encore à désamorcer les résistances quant à l’utilisation du vélo pour autre chose que la promenade ou le sport.

«C’est pratique notamment pour les gens qui font leurs courses à pied et tirent leur petit chariot d’épicerie. Ils peuvent prendre leur vélo, y attacher une remorque et faire les emplettes de la semaine», souligne Mme Lapointe, qui précise que ça encourage aussi l’achat local.

L’approche est aussi pédagogique, avec des rencontres extérieures pour distribuer les attaches remorques. «Il faut que les gens comprennent que c’est facile d’utiliser l’application et l’équipement», dit la coordinatrice.

En temps normal, Mme Lapointe aurait créé des happening dans des cafés de quartier. Restrictions sanitaires obligent, il a fallu s’adapter.

«Le but est de développer la convivialité et les liens sociaux. On voit à travers cela que les gens commencent à se faire un peu plus confiance. Il y a même des amitiés qui se créent à travers des activités de ce genre», observe Mme Lapointe.

Inscription

Pour bénéficier de ces équipements, il faut être inscrit sur une plateforme numérique, locomotion.app, qui sécurise les échanges. Elle permet notamment d’ouvrir des cadenas ou des boîtes à clés.

Le but à terme, ce n’est pas seulement de disposer de matériel collectif, mais de pouvoir prêter vélos, remorques ou automobiles.

LocoMotion s’est aussi offert une belle vitrine dès son lancement. La coordinatrice a pu mettre en lien des cyclistes bénévoles et la banque alimentaire d’Ahuntsic, le Service de nutrition et d’action communautaire (SNAC) pour effectuer des livraisons aux bénéficiaires. «Tous les mercredis, nous livrons ainsi une quinzaine de paniers de nourriture», relève Mme Lapointe.

Le projet est soutenu par l’organisme Solon-Collectif qui devait ajouter en juillet un vélo-cargo et un vélo électrique par secteur.

LocoMotion s’inscrit selon ses promoteurs dans une démarche plus large dite de transition socio-écologique. Elle favorise le partage, la réappropriation des milieux de vie et l’utilisation des biens communs.

Articles similaires