Ahuntsic-Cartierville

Le centenaire du bus raconté à Ahuntsic-Cartierville

Bus White des années 1930
Un bus White 65-A de la ligne Bordeaux-Cartierville - ancêtre de l’actuelle ligne 69/Gouin- dans les années 1930. Photo: Collaboration spéciale - STM

Il y a 100 ans, les premiers autobus sillonnaient les rues de Montréal. Leur rôle central sera raconté au Parcours Gouin lors d’une conférence illustrée d’archives pour nous replonger dans cet univers aujourd’hui indispensable.

Au début du 20e siècle, le transport en commun était assuré essentiellement par des lignes de tramway. Le 22 novembre 1919, des camions White convertis par des employés de la Montreal Tramways Company, l’ancêtre de la Société de transport de Montréal (STM), ont transporté pour la première fois les usagers sur la rue Saint-Étienne, aujourd’hui appelée Bridge.

«C’est dans les ateliers de Youville [à Ahuntsic], au coin de Saint-Laurent et Crémazie, que l’entreprise a transformé deux camions en autobus, précise l’historien et conseiller aux communications à la STM, Benoît Clairoux, qui animera la conférence. Le bus avait l’avantage d’être plus flexible. Il pouvait rouler pratiquement n’importe où, même s’il ne pouvait pas transporter autant de gens.»

À partir de 1925, de plus en plus de véhicules sont mis en circulation à travers la métropole. Les innovations se multiplient, notamment pour assurer plus de confort aux passagers et pour augmenter la capacité de transport. À ce moment-là, le bus est un complément au tramway.

«Après la Seconde Guerre mondiale, les autobus commenceront graduellement à le remplacer jusqu’en 1959, moment où les derniers tramways seront retirés. Le bus aura gagné», souligne M. Clairoux.

Quelques années plus tard, le métro s’installera sans pour autant que le bus perde sa place.

En images

Cette histoire sera racontée dans ses détails à l’aide d’une centaine de photographies anciennes puisées dans les archives de la STM.

«On va parler surtout de l’évolution des véhicules et des infrastructures, notamment avec l’arrivée des premiers garages. C’est surprenant de revoir les premiers bus. On comprend qu’il y a du chemin qui a été parcouru depuis», indique le conférencier.

Pour continuer à en apprendre plus sur les bus, les participants pourront se procurer le livre <@Ri>100 ans de bus à Montréal<@$p>, un ouvrage de 500 pages avec 1400 photos et illustrations.

«100 ans d’autobus» présenté le 24 septembre, à 19h, au pavillon d’accueil du Parcours Gouin (10905, rue Basile-Routhier). Sur inscription.

Articles récents du même sujet