Ahuntsic-Cartierville

Madame Mo: apprendre en jouant à l’ordi

Applications informatiques Mme Mo Appligogique
Madame Mo aide les enfants à apprendre à lire et à écrire en s’amusant. Photo: Collaboration spéciale

Une entreprise d’Ahuntsic propose des applications informatiques pour apprendre en jouant. Elle a vu ses produits intéresser de plus en plus d’utilisateurs alors que la pandémie favorise l’enseignement à distance et le recours aux plateformes numériques.

Appligogique offre depuis 2016 Madame Mo et Mots sans maux, deux applications informatiques pour apprendre à lire et à écrire aux enfants. Elle ont été téléchargées 260 000 fois depuis leur création. Actuellement, l’entreprise compte au moins 1000 utilisations par jours.  Elles sont utilisés dans quelques dizaines d’écoles au Québec.

Madame Mo pour les enfants de 6 à 10 ans aide à la prononciation et le renforcement de la mémoire des mots par des activités ludiques. Mots sans maux vise l’apprentissage de l’orthographe et la consolidation de la mémoire lexicale à travers des jeux. Elles sont utilisables sur tous les supports, que ce soit ordinateurs, tablettes ou téléphones.

Derrière les produits se trouve une entreprise qui offrait des services en informatique et du conseil. «Après un essai, on a vu la réponse du public. Elle était tellement bonne qu’en 2018, on a décidé de se consacrer à 100% au projet», indique le cofondateur d’Appligogique et chef de la technologie, Guillaume Langlois.

Opportunité

L’usage de plus en plus répandu des nouvelles technologies dans l’apprentissage – pandémie oblige – a donné une nouvelle visibilité à la compagnie et à ses applications informatiques. Les sollicitations pleuvent.

«Je suis pendu au téléphone et je reçois des tonnes de courriels. Honnêtement, je ne fournis pas aux demandes d’essais gratuits et de démos. Nous sommes en train de structurer notre commercialisation pour qu’elle puisse prendre plus de volume», assure M. Langlois.

Toutefois, cet intérêt n’est pas lié à la simple existence des applications informatiques.

«Si le produit n’était pas bon, qu’il soit utilisable à distance ou pas, je ne pense pas que cela aurait eu beaucoup d’effet. La raison pourquoi ça colle, c’est que les gens lorsqu’ils l’essaient constatent le progrès en lecture et en écriture chez les enfants. Ils sont convaincus que ça marche», relève-t-il.

Si les produits sont des jeux, ils ont aussi le fruit du travail scientifique de longue haleine d’une spécialiste en orthophonie. Brigitte Stanké, professeure adjointe à l’École d’orthophonie et d’audiologie de l’Université de Montréal et post doctorante en science de l’éducation est la conceptrice des jeux. Elle a déjà publié plusieurs livres de jeux éducatifs pour les jeunes. L’adaptation de ses travaux en moyens numériques est tout à fait naturelle à notre époque, soutient-elle.

«Quand les gens sont devant quelque chose qui n’est pas statique, cela permet d’avoir davantage leur attention», souligne Mme Stanké.

Science

Les applications informatiques sont destinés à tous. Autant aux enfants qui apprennent facilement qu’à ceux qui ont des difficultés que ce soit dyslexies, dysorthographie, etc.

«Les applications permettent d’automatiser les apprentissages, favoriser l’exercice et la répétition. Le professeur donne des listes de mots à apprendre. Plutôt que le faire juste en écrivant, eh bien on peut le faire en jouant et cela améliore l’éducation», décrit la spécialiste.

Pour elle, la prochaine étape pour ces jeux sera d’intéresser les grandes entreprises de l’industrie du jeu vidéo.

«Le développement des jeux vidéos est arrivé à un niveau de réalisme incroyable. Ce que je trouverais vraiment génial ce serait de pouvoir faire évoluer le produit de manière spectaculaire», espère la spécialiste.

L’autre niveau d’évolution qu’elle envisage avec Appligogique serait d’intégrer dans les jeux l’intelligence artificielle. Cela permettrait aux applications de s’adapter aux apprenants.

Elle souhaite aussi que les pouvoirs publics soient intéressés à ce que ces moyens d’enseignement entrent en force dans les écoles.

Articles récents du même sujet