Ahuntsic-Cartierville

L’ancienne école Sophie-Barat bientôt en chantier

Entrée école Sophie-Barat
Entrée de l’école Sophie-Barat. Photo: Archives

L’aile de l’école qui a failli s’effondrer sur les élèves sera reconstruite. Toutefois, aucune classe modulaire n’est prévue au cours du chantier qui pourrait durer quelques années. Les jeunes déjà délocalisés risquent d’étudier loin de chez eux pour encore un long moment.

Québec a accordé 100 M$ pour la réhabilitation de l’école Sophie-Barat. Le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) a informé les parents des modalités dans une lettre envoyée le 5 février.

Les travaux de réfection du bâtiment de la maison-mère et du mur d’enceinte qui doivent être lancés au plus tôt pourraient prendre jusqu’à six ans.

Or, sans les roulottes maintes fois demandées pour maintenir dans leurs quartiers les élèves. Certains pourraient passer toute leur scolarité dans un établissement autre que leur école.

«L’installation de classes modulaires offre certes des espaces d’enseignement adéquats, mais ne constitue pas une solution à l’ajout nécessaire d’espaces de vie commune», souligne la lettre du CSSDM.

Quelques jours avant la rentrée scolaire, les élèves du régulier de première et deuxième secondaire de Sophie-Barat ont été relocalisés en urgence à St. Dorothy, dans le quartier Saint-Michel, suscitant une vive contestation des parents.

La direction avait dû fermer la moitié du bâtiment de la maison-mère après une expertise. Celle-ci concluait que l’édifice datant de plus d’un siècle sur le boulevard Gouin, à Ahuntsic, nécessitait des travaux importants.

Rejet

«Je suis déçue que la solution des modulaires, qui avaient été présentées par le CSSDM comme une solution viable, ait soudainement été abandonnée. Je suis encore plus déçue de constater que le CSSDM ne semble avoir aucun scénario pour la rentrée 2022», a indiqué la députée provinciale de Maurice-Richard, Marie Montpetit.

Pour elle, les roulottes étaient essentielles afin que les élèves de Sophie-Barat reviennent dans leur quartier.

«Le CSSDM a le devoir d’offrir rapidement une solution aux élèves et parents, et ce, dans notre quartier. Les élèves de Sophie-Barat ont le droit d’obtenir un environnement éducatif de qualité, nonobstant les problèmes actuels», a-t-elle souligné.

Le CSSDM assure avoir mené une étude de faisabilité qui lui a permis d’écarter cette possibilité.

Alors que la cafétéria et la bibliothèque sont fermées, il n’y a plus d’espaces communs permettant une «saine cohabitation pour tous les élèves et membres du personnel», souligne la lettre aux parents.

Même s’il demeure ouvert, le gymnase serait insuffisant pour accommoder tous les élèves au diner.

Troisième pavillon

La nouvelle des travaux avait déjà été évoquée lors d’une rencontre de l’Organisme de participation des parents (OPP) de l’école Sophie-Barat, le 21 janvier. Le conseil d’établissement avait demandé alors au CSSDM de présenter les différentes options pour trouver des classes dans Ahuntsic.

L’OPP avait noté que les élèves seraient probablement toujours à St. Dorothy l’année prochaine et que ce bâtiment serait le plus adapté aux besoins d’enseignement même si des travaux pour les laboratoires doivent être effectués.

Par ailleurs, le CSSDM a conclu une entente avec la Commission scolaire English Montreal (CSEM) pour scolariser les élèves du premier cycle à l’école St. Dorothy jusqu’en 2022. Il désigne cet établissement comme «le 3e pavillon de l’école Sophie-Barat pour la prochaine rentrée scolaire». Il s’ajoute à la maison-mère et l’annexe sur le boulevard Gouin Est.

Le CSDDM assure qu’il étudie des options pour réduire les irritants concernant cette délocalisation, notamment en matière de transport. Actuellement, une centaine d’élèves bénéficient de bus affrétés temporairement auprès de la Société de transport de Montréal.

Outre ces 100 M$ de travaux, Québec a déjà accordé 23 M$ pour la reconstruction de l’ancien internat de l’école.

Articles récents du même sujet