Ahuntsic-Cartierville

Une pétition pour protéger une cloche patrimoniale

La vieille cloche de la Visitation dans le catalogue du collectionneur Jean-Marie Bastille. Photo: Archives

La vieille cloche de l’église de la Visitation retrouvée dans la collection d’un recycleur de métaux à Rivière-du-Loup n’est toujours pas protégée légalement. Par conséquent, elle pourrait  facilement quitter le Québec.

La députée provinciale de Maurice-Richard, Marie Montpetit, a lancé une pétition pour pousser la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy, à classer ce vestige.

«Il y a plus de trois mois que j’ai demandé à la ministre de la protéger», assure Mme Montpetit.

Rien n’a été fait depuis, alors que la cloche a été formellement authentifiée. La protection légale aurait eu pour effet immédiat d’interdire la sortie de ce vestige historique du Canada.

«La journée où elle sera un bateau, ce sera une perte pour tout le monde», relève la députée.

La cloche fut celle de Fort-Lorette avant d’être installée dans le clocher de l’église de la Visitation en 1751. Elle a été fondue en France par Le Moyne en 1732. Elle pourrait intéresser des collectionneurs étrangers, notamment un musée français.

Disparue de l’espace public depuis plus de trente ans, elle a été retrouvée cette année après plusieurs mois d’investigation par Jocelyn Duff, un membre de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville.

La pétition devrait accélérer le processus alors qu’il est urgent de protéger la cloche.

«C’est vraiment une question de volonté politique. La ministre pourrait procéder en 10 minutes avec un avis d’intention de classement», confie Mme Montpetit.

Elle compare la situation à celles qu’ont connues des bâtisses patrimoniales menacées de démolition.

«Cette cloche est importante localement parce qu’elle est rattachée au Sault-au-Récollet, mais plus largement, elle est liée à l’histoire de Montréal et à celle du Québec en entier», souligne Mme Montpetit.

Articles récents du même sujet