Côte-des-Neiges & NDG

Il faut un quartier pour élever un enfant

La psychoéducatrice Mélanie Vinet et Lucan Photo: Josie Desmarais, Métro

Avec le droit des enfants et l’esprit communautaire à cœur, Atlas, centre de pédiatrie sociale en communauté de Côte-des-Neiges fournit des services médicaux, psychoéducatifs et juridiques gratuits aux enfants du quartier dont le développement est compromis par des situations de vie difficiles.

À 10 ans, Lucan a déjà habité trois pays et parle autant de langues. Il souhaiterait ajouter le russe à son éventail, la langue maternelle de plusieurs de ses amis. Peut-être éprouve-t-il aussi un attachement pour cette culture pour avoir vécu petit en Russie avec sa mère, après avoir habité au Venezuela et avant d’arriver au Canada.

En septembre 2020, la mère de Lucan a approché Atlas pour les comportements colériques de son fils. «Je n’étais pas capable de me contrôler», commente l’élève de 5e année. C’était une période mouvementée: dynamique familiale accidentée et déménagement abrupt en pleine année scolaire. Lucan débordait. Après évaluation, les professionnels en pédiatrie, en intervention psychosociale et en aide juridique ont dessiné avec l’enfant et sa mère un plan de soins adaptés.

Depuis 2003, le centre Atlas travaille dans le quartier pour diminuer l’effet négatif des facteurs socioéconomiques sur la santé des 0 à 17 ans. Connu sous le nom de Centre de services préventifs à l’enfance jusqu’à tout récemment, le centre Atlas a été fondé par le Dr Gilles Julien, et fonctionne aujourd’hui grâce aux efforts d’une équipe de 14 professionnels et de 38 bénévoles actifs. 

La porte d’entrée de Lucan dans la vie sociale du centre Atlas a été le cours de cuisine des Marmitons avec l’éducateur spécialisé. Puis, dans les rencontres individuelles et de groupe avec sa psychoéducatrice, il a appris à identifier les éléments déclencheurs de sa colère et à les neutraliser. Avec les ateliers d’art-thérapie, il a découvert que le dessin l’aidait à retrouver le calme. «L’équipe réévalue régulièrement les soins à offrir aux enfants et, dans le cas de Lucan, il a connu un progrès très rapide. On a complété les services psychoéducatifs», confie son intervenante pivot Mélanie Vinet. Ainsi, les visites de Lucan au centre Atlas s’espacent à mesure qu’il parfait ses qualités d’illustrateur.

Pas de durée moyenne

D’autres parcours sont différents: il n’y a pas de moyenne ni de formule type. Le centre accompagne certains de ses 600 patients jusqu’au seuil de la vie adulte. Ramanah fréquente le centre depuis maintenant 15 ans et il est en quelque sorte devenu un des ambassadeurs lors des journées portes ouvertes. Il veut aider les autres et pense que certains enfants ont besoin de services spécialisés. 

Le jeune féru de films d’action et de comédies est passé par une large gamme de services: ergothérapie, orthophonie, aide aux devoirs, cours de natation, ateliers de droit d’expression et de ciné-débat, entre autres. Il aspire d’ailleurs à devenir cinéaste, inspiré par les filmographies de Luc Besson et de Sofia Coppola. Sa psychoéducatrice Hanan Nasser se réjouit de l’autonomie et de la confiance qu’il a acquises. Elle l’a secondé pendant qu’il apprenait à gérer son argent de poche et à prendre le métro. «Maintenant il s’agit d’aller vers les autres services qui existent dans Côte-des-Neiges pour soutenir les efforts et encourager la vie sociale», indique-t-elle.

Ancré dans le quartier

Situé dans un arrondissement où 77% de la population est issue de l’immigration et où le revenu médian est de 15% inférieur à celui de la Ville de Montréal, le centre Atlas a sa place dans Côte-des-Neiges. D’après l’administration, plus de 95% de sa clientèle est issue de l’immigration. Le fondateur de la pédiatrie sociale au Canada, le Dr Gilles Julien, aujourd’hui membre honoraire du conseil d’administration du centre, a fondé celui-ci conjointement conjointement avec le CLSC Côte-des-Neiges, le Centre communautaire CDN et quatre écoles. Depuis le début, le centre Atlas dépend de la communauté pour offrir ses services, et travaille autant pour elle que grâce à elle.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet