Hochelaga-Maisonneuve

Merci les professeurs!

Merci les professeurs!
Photo: Archives

Voilà une autre année scolaire qui s’achève, une occasion parfaite pour remercier les professeurs, techniciens en service de garde et tout les autres du personnel qui se dévouent corps et âme pour favoriser un milieu d’apprentissage fertile.

C’est souvent de façon entièrement bénévole que ceux-ci choisiront de prendre de leur temps en dehors des heures de cours pour créer une initiative rassembleuse ou une activité qui sera l’étincelle qui viendra allumer une nouvelle passion chez les jeunes.

Dans un contexte où les écoles sont pleines à craquer et vieillissantes, des petits gestes peuvent parfois faire toute une différence.

Voici donc le témoignage de cinq parents d’élèves du quartier Hochelaga et de ses environs qui ont tenu à remercier les membres du personnel scolaire qui ont réussi à laisser une marque positive dans leur vie.

«Changer son coin du monde»
À l’école Champlain, c’est par le verdissement que l’on rassemble enfants, parents et professeurs. Deux espaces ont été aménagés dans la cour avec des petits pots dans lesquels les élèves peuvent cultiver des plants.

Noémie Roche est la maman d’une fille qui va à la maternelle de l’établissement, et elle se dit « admirative » devant les efforts investis par les professeurs titulaires pour maintenir les activités de jardinage.

« Ils font cela bénévolement, tout le temps et l’implication que ça leur demande pour s’organiser avec les parents et pour arroser les plants durant tout l’été, c’est extraordinaire. Avec ce qu’on sait à propos des changements climatiques en ce moment, ces professeurs ont choisi de transformer leur petit coin du monde et de lancer une réflexion à ce sujet », souligne-t-elle.

Écouter et rassurer
Pour Anne Grégoire, mère d’un petit garçon de l’école Baril, c’est le dévouement de Mme Hélène au service de garde et de Mme Anne-Marie en prématernelle qui aura fait toute la différence.

« Je veux leur dire merci pour l’impact positif qu’elles ont eu dans la vie de mon fils. La technicienne du service de garde est simplement remarquable et tellement concernée par le bien-être des enfants. Dès la première semaine, elle nous connaissait tous par notre nom et elle s’est toujours assuré que la communication passait entre nous », affirme celle-ci.

Mme Grégoire s’est aussi dite impressionnée par l’implication de la professeure de son fils qui aura pris la peine d’écouter ses inquiétudes. « J’ai appris que mon garçon avait une place en prématernelle seulement une semaine à l’avance, et j’avais des appréhensions concernant sa capacité à bien s’intégrer. L’enseignante a pris le temps de me contacter directement pour me rassurer et connaître quels étaient les besoins de mon fils. »

Une approche humaine
Parfois, c’est en dehors des classes que les professeurs font démonstration d’ingéniosité pour motiver leurs élèves.

Marie Renaud, parente d’un petit garçon de l’école Maisonneuve, souligne l’initiative de Julie Lambert, professeure titulaire qui a trouvé du temps pour offrir des cours de Yoga tous les mercredis midi.

« C’est une vraie prof qui est dédiée à ses élèves. Mon fils avait quelques faiblesses à l’école et elle a pris en charge toute l’année le suivi de son parcours au sein du programme Passe-Partout. Je veux la remercier pour son approche humaine et pour avoir permis à mon fils de découvrir son côté artistique », insiste Mme Renaud.

Rendre la culture amusante
Certains professeurs font appel à leur créativité pour offrir aux enfants de nouvelles perspectives.

À l’école Baril, l’enseignante titulaire Marie-Hélène Fortin a trouvé un moyen amusant pour faire connaître la littérature d’ici à ses élèves. Celle-ci apporte chaque mois une valise remplie de livres d’un auteur québécois qu’elle fait découvrir aux petits.

« Ma fille qui est en première année sait désormais ce qu’est une quatrième de couverture. Je trouve que c’est une façon « fun » de promouvoir la culture québécoise auprès des enfants. Je sais à quel point Mme Fortin est dédiée et donne de l’énergie et de son temps pour intéresser les élèves à la lecture », affirme Laurence Prud’homme, une des parentes de l’école Baril.

Un milieu de vie
Au-delà des règles de grammaire et des tables de multiplication, l’école est aussi un milieu au sein d’une communauté.

Pour Marilyn Houde Péloquin, maman d’une fille qui va à l’école Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, c’est l’attention que porte la professeure Andréanne Bédard pour garder les lieux propres et beaux qui est admirable.

« Il y a des corvées de nettoyages organisées avec les élèves et les parents chaque année. Ils ont aussi arrangé un partenariat avec la Fondation David Suzuki pour planter des asclépiades, afin de favoriser la pollinisation des papillons », indique Mme Houde Péloquin.

Cette dernière est reconnaissante de cette « ouverture et transparence » auprès des parents et des enfants, pour leur permettre de prendre part dans le bien-être de leur école de quartier.