Hochelaga-Maisonneuve
17:59 21 mai 2020 | mise à jour le: 21 mai 2020 à 18:00

La réussite de la fin d’année entre les mains des écoles, plaide Roberge

La réussite de la fin d’année entre les mains des écoles, plaide Roberge
Photo: Josie Desmarais/MétroLe ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Pressurisé par le milieu scolaire, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, met en place «des balises» pour l’enseignement à la maison. Dans une lettre envoyée aux écoles du Grand Montréal mercredi, il maintient que celles-ci devront «être respectées» d’ici la fin d’année.

La semaine dernière, des enseignantes confiaient à Métro Média avoir des difficultés à obtenir des consignes claires de Québec. «On nous a simplement dit: “faites un suivi auprès des familles”», avait déploré l’une d’elles exigeant l’anonymat.

Dans sa missive, obtenue jeudi par Métro Média, le ministre Roberge y va sans détour: l’école à la maison devra se faire, et ce, jusqu’à la fin de l’année scolaire, prévue le mois prochain.

«Maintenant que le personnel des écoles de la [Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)] peut consacrer toutes ses énergies à l’apprentissage en ligne, il ne saurait être acceptable qu’un élève ne bénéficie pas d’un encadrement pédagogique de qualité dès cette semaine», écrit-il.

L’élu de la Coalition avenir Québec énumère diverses étapes à respecter. Les enseignants devront notamment élaborer un «plan hebdomadaire» pour les élèves, en plus d’assurer un suivi en ligne ou au téléphone.

Au primaire ces contacts enseignant-élève devront se dérouler trois fois par semaine. «Ces contacts doivent être plus soutenus auprès des jeunes vulnérables», ajoute le député de Chambly.

Au secondaire, ces conversations devront prendre place une fois par semaine, au minimum.

Ressources technologiques

En entrevue la semaine dernière, les intervenantes rejoints par Métro Média s’étaient dites inquiètes quant à la capacité des élèves à accéder aux ressources technologiques nécessaires.

Mais les ordinateurs et les tablettes ne manqueront pas, martèle le ministre de l’Éducation.

«De nombreux outils sont disponibles dans les écoles et devraient déjà être distribués aux élèves qui en ont besoin», écrit-il. Il presse les écoles de le faire «sans délai».

Les 15 000 tablettes qu’avaient promises Québec sont, elles, «toujours disponibles».

Articles similaires