Hochelaga-Maisonneuve
18:03 20 août 2020 | mise à jour le: 20 août 2020 à 18:03 temps de lecture: 3 minutes

Feux d’artifice: MHM travaille sur des «pistes de solutions»

Feux d’artifice: MHM travaille sur des «pistes de solutions»
Photo: Elena Broch/Métro

Depuis le début de la pandémie, plusieurs citoyens se sont plaints de tirs de feux d’artifice à l’arrondissement. L’administration souhaite trouver des solutions pour enrayer ce phénomène.

«Au bureau des élus, nous avons reçu une dizaine de plaintes, et nous avons nous-mêmes été témoins» de tirs de feux d’artifice, affirme le maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais. Des témoignages affirment même que des tirs ont été entendus tard dans la nuit, en pleine semaine. «Ça s’est intensifié avec la pandémie», ajoute M. Lessard-Blais.

«[Interdire la vente] n’est légalement pas possible, selon le service juridique. Ce n’est pas dans nos pouvoirs. Alors on travaille avec les autres arrondissements et la ville-centre pour trouver des pistes de solutions.» – Pierre Lessard-Blais, maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Le mois dernier, la mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles Caroline Bourgeois avait envisagé l’idée d’interdire la vente de pièces pyrotechniques face à plusieurs plaintes, dont au Service de police de Montréal (SPVM) de ses citoyens.

«Mais cela n’est légalement pas possible, selon le service juridique. Ce n’est pas dans nos pouvoirs. Alors on travaille avec les autres arrondissements et la ville-centre pour trouver des pistes de solutions», explique M. Lessard-Blais. Sans toutefois pouvoir les annoncer publiquement.

Qualité de vie

«Il faut qu’on trouve des chemins pour donner une bonne qualité de vie à nos citoyens», insiste-t-il.

Du côté du SPVM, on affirme que plusieurs plaintes pour tirs de feux d’artifice sont arrivées à leurs bureaux, mais pas de la part de résidents de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Pas de plaintes non-plus du côté du 311. «Les agents demeurent vigilants à ce sujet lors de leurs patrouilles. Le SPVM invite tout citoyen ou citoyenne qui aurait des informations ou qui voudrait porter plainte concernant les feux d’artifice à se présenter à son poste de quartier», indique le SPVM.

À Montréal, les tirs de feux d’artifice sont soumis à une règlementation et requièrent des autorisations du Service de sécurité incendie de la ville. Outre les risques d’incendie et de blessures, les contrevenants s’exposent à des amendes de 500$ à la première infraction et de 1000$ pour les récidivistes.

À Montréal-Nord, face à des tirs de feux d’artifice venant troubler la tranquillité des résidents, cet arrondissement a décidé d’étendre les interdictions aux terrains privés, en plus des publics.

Articles similaires