Hochelaga-Maisonneuve
11:29 2 septembre 2020 | mise à jour le: 2 septembre 2020 à 11:52 temps de lecture: 3 minutes

Le pari gagnant de la livraison écologique

Le pari gagnant de la livraison écologique
Photo: GracieusetéLes vélos-cargos de Courant Plus sont électriques et peuvent tracter jusqu'à 500 livres de marchandise.

Établie dans Hochelaga depuis l’automne dernier, Courant Plus est la première entreprise de livraison écologique au Canada. La pandémie a marqué sa première année par son lot de défis, mais elle a aussi montré l’intérêt grandissant de la société pour le transport écologique.

«J’ai choisi de m’attaquer au transport, car c’est un peu l’angle mort du combat écologique, explique Clément Sabourin, le co-fondateur de Courant Plus. Pourtant, 55 % des émissions de gaz à effet de serre de la Ville de Montréal proviennent de ce secteur : il y a urgence à agir !»

Cet ancien journaliste s’avoue particulièrement préoccupé par la cause environnementale. Pour réduire l’empreinte carbone des livraisons de Courant Plus, il a développé deux stratégies : des véhicules totalement électriques et une optimisation de sa logistique.

Véhicules sans hydrocarbure

La flotte de l’entreprise est constituée de vélos-cargos avec assistance électrique dotés de remorques pouvant tracter jusqu’à 500 livres (227 kg) de marchandise ainsi que de véhicules électriques, dont une camionnette. Elle offre des livraisons dans le Grand Montréal, de la Rive-Sud à Laval.

«Ces véhicules sont le fruit de trois années de recherche et de développement qui nous ont notamment permis de nouer un partenariat avec l’entreprise Courrier Plus. Sa propriétaire, qui est actionnaire de Courant Plus, a été la première à mettre des vélos-cargos en circulation à Montréal», précise Clément Sabourin.

Livraison intelligente

Courant Plus veut aussi contrer les aberrations de la logistique lesquelles rendent la secteur de la livraison si polluant. «Les camions qui roulent au Québec sont en moyenne remplis à 36% ! On veut à tout prix éviter cela», dit Clément Sabourin. Grâce à un logiciel doté d’une intelligence artificielle, Courant Plus optimise ses flux de transport tout en maintenant un service rapide.

Pendant la pandémie, l’entreprise a réussi à livrer jusqu’à 8 000 colis en trois mois. «C’est plus qu’Amazon», note l’entrepreneur. Grâce à cette optimisation, Courant Plus peut assurer aux commerces locaux la livraison avant 17h d’une commande passée avant midi le même jour.

Un changement durable

«La pandémie a propulsé la livraison à domicile, tout en montrant que les chaînes d’approvisionnement sont arriérées et ont besoin d’être repensées, dit Clément Sabourin. On remarque que de plus en plus de clients se soucient de choisir un transporteur écolo.»

Tout en gagnant la confiance des particuliers, Courant Plus a noué des partenariats avec des commerces locaux et de plus gros clients comme l’entreprise Décathlon. Sa flotte continue de s’agrandir tout en luttant contre la pollution du last mile delivery, de la «livraison urbaine du dernier kilomètre», ce dernier segment de livraison d’un produit aussi coûteux que polluant.

Le last mile delivery, traduit dans le domaine de la logistique francophone par «livraison urbaine du dernier kilomètre», réfère au dernier segment de la livraison d’un colis, de l’entrepôt au domicile du client. Ces derniers kilomètres sont particulièrement coûteux et polluants, car ils sollicitent souvent le déplacement de tout un véhicule. Les transporteurs écologiques comme Courant Plus cherchent à réduire leur impact environnemental en optimisant les flux de livraison et en utilisant des véhicules électriques.

Articles similaires