Hochelaga-Maisonneuve

Le Pavillon: une installation artistique génératrice de valeur foncière

Shock Value Le Pavillon
Shock Value emploie l’art comme outil de subversion, de pédagogie et de prise de décision Photo: Graciseuseté/Shock Value

Est-ce que la valeur d’un terrain vague se limite à sa valeur foncière? C’est l’une des questions que pose le collectif Shock Value avec son installation mobile Le Pavillon, érigé le 13 août prochain dans Mercier‒Hochelaga-Maisonneuve.

Fondé par des étudiants de Concordia, Shock Value emploie l’art comme outil de subversion, de pédagogie et de prise de décision afin de remettre en question la dominance de la valeur financière dans le développement et la structuration des villes. Ce collectif, composé par Madelyn Capozzi, Gabriel Townsend Darriau, Thomas Heinrich et Christine White, est né en janvier au sein du département des arts plastiques de l’Université Concordia.

«Le Pavillon est une structure en bois et se veut une génératrice de valeur immobilière. C’est un dispositif autour duquel les membres de la communauté peuvent se rassembler et mener une discussion autour du développement immobilier et la valeur foncière.»

Gabriel Townsend Darriau, Shock Value

Le Pavillon a été érigé à deux reprises jusqu’à maintenant — dans le Mile-End et à la station Saint-Laurent — mais l’intervention du 13 août se fera sur le terrain en friche à l’est de Viauville et s’inscrit cette fois-ci dans le cadre de la campagne 2021 de Go Gauche. Une autre membre de Shock Value, Christine White, y présentera également son projet.

Pendant 13 semaines, Go Gauche exposera ainsi 13 enjeux différents, reliés à la justice sociale et climatique.

Crise du logement

Consacrée à la crise du logement, la deuxième semaine de cette campagne se tourne donc vers le terrain vague du secteur Assomption Sud‒Longue-Pointe, «une friche, habitée, explorée et revendiquée par les habitants du quartier Mercier–Hochelaga-Maisonneuve», peut-on lire sur la page Facebook de l’événement.

Le choix de ce lieu par Shock Value n’est pas anodin, puisque des habitants du Campement Hochelaga ont été expulsés par la Ville de Montréal «en pleine pandémie et crise du logement», explique le collectif Go Gauche.

Cette friche urbaine est également au cœur de plusieurs projets de développement, tels que le terminal de transbordement Ray-Mont Logistiques, le prolongement du boulevard l’Assomption ou encore, la construction d’un viaduc reliant les installations du Port de Montréal au futur lien routier de l’avenue Souligny.

Du côté du groupe Mobilisation 6600 Parc-Nature MHM, on souhaiterait que le lieu en question devienne plutôt un parc-nature «libre d’accès à tous et avec le moins d’interventions possible», soutient l’une des membres, Cassandre Charbonneau.

«Greffés à ça, on verrait très bien des serres et un centre de recherche en agriculture urbaine qui pourraient nourrir tout le quartier et même au-delà», ajoute la militante.

Enfin, dimanche 15 août, Le Pavillon sera de retour dans le Mile End à L’Entrepôt77 pour une présentation en collaboration avec le Marché des Possibles.


Shock Value, la suite

Le Pavillon de Gabriel Townsend fait partie d’un ensemble de quatre installations créées par Shock Value. Les autres sont:

  • Statement of sounds and emotions de Christine White
  • Value Collective de Madelyn Capozzi
  • Concrete Capital de Thomas Heinrich

Articles récents du même sujet