Hochelaga-Maisonneuve
10:22 19 mai 2015 | mise à jour le: 19 mai 2015 à 10:22 Temps de lecture: 3 minutes

Lutter contre des parcs malpropres et inhospitaliers

Lutter contre des parcs malpropres et inhospitaliers
Photo: Isabelle Bergeron/ TC Media

Graffitis, amas de déchets, déjections animales, chahut et grabuge, les parcs de l’arrondissement peuvent parfois devenir des lieux inhospitaliers pour les résidents. L’administration locale a donc décidé de sortir les grands moyens, en instaurant, le 16 mai dernier, une surveillance accrue dans plusieurs espaces verts du territoire.

«Chaque année, nous avons le défi de maintenir nos parcs propres et sécuritaires. Nous devons, entre autres, lutter contre le vandalisme, c’est pourquoi nous avons mis en place un plan de surveillance», indique la conseillère de Louis-Riel, Karine Boivin Roy.

Au cours de l’été, une équipe d’employés sera affectée à la surveillance de 11 parcs de l’arrondissement. Les élus espèrent ainsi un meilleur respect des règlements.

«La personne en place observera et réagira devant les incivilités faites par les visiteurs du parc. Elle aura les ressources pour intervenir. Quand il y aura davantage de monde dans un lieu, la sécurité y sera accentuée», fait valoir le conseiller de Hochelaga, Éric Alan Caldwell.

Inquiétudes
Plusieurs citoyens déplorent l’état des espaces verts de leur quartier, quelquefois malpropres, d’autres fois, inquiétants.

«Le parc Raymond-Préfontaine est un beau parc, mais je n’y circule jamais quand il fait noir. Je préfère faire un détour en le contournant plutôt que de le traverser», souligne Amélie Gravel, une citoyenne.

surveillance accrue dans les parcs contre les déchêts et l'incivilité
Les déchets s’accumulent au parc Raymond-Préfontaine.

«Il y a beaucoup de caca de chien sur les terrains sportifs. C’est un dépotoir. De plus, dès que le soleil se couche, je ne viens jamais dans ce parc. Je ne m’y sens pas en sécurité», ajoute Loriane Leduc, élève d’une école du quartier.

L’incivilité et la malpropreté dans ces espaces verts nuisent grandement au sentiment de sécurité des citoyens, qui n’hésitent pas à quitter le parc. Lors du passage des Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve au parc Raymond-Préfontaine, une altercation est survenue entre un enseignant et un homme en état d’ébriété. Ce dernier s’est mis à violemment insulter son opposant.

«Si mon professeur n’avait pas été là, je ne serais pas resté ici», révèle une adolescente, mal à l’aise.

Pour leur part, les élus avouent que la situation devenait problématique. «C’est une préoccupation majeure pour les résidents. Les parcs sont ouverts à tous. Lorsqu’ils deviennent inhospitaliers, c’est très inquiétant», souligne le conseiller de Hochelaga, Éric Alan Caldwell.

Sous surveillance
Au cours des 26 prochaines semaines, 5500 heures seront dédiées à la surveillance des parcs Raymond-Préfontaine, Louis-Riel, Saint-Donat, Beauclerk, Morgan, Rougemont, Théodore, Vaisseau-d’Or, Carlos-d’Alcantara, Saint-Victor et Thomas-Chapais.

«Les parcs sélectionnés ne sont pas étiquetés comme étant les plus dangereux. Nous avons choisi ces endroits, car nous voulions distribuer de façon optimale nos ressources», souligne M. Caldwell.

«Nous avons écouté les doléances des parents dans la sélection des lieux. Par exemple, le parc Louis-Riel est un endroit fortement fréquenté par des écoliers. C’est pourquoi nous avons décidé d’y intensifier la surveillance jusqu’en novembre», poursuit Mme Boivin Roy.

Une idée qui ravit déjà des citoyens. «Le parc est ouvert à tous et les propriétaires de chiens ne respectent pas souvent pas les règles. Avec une meilleure surveillance, la situation sera grandement améliorée», pense M. Styger.

Articles similaires