Hochelaga-Maisonneuve

Élections 2015: voteriez-vous pour Rizqy business dans Hochelaga?

Photo: Collaboration spéciale

La candidate libérale dans Hochelaga, Marwah Rizqy, a eu la surprise de voir sa pancarte électorale modifiée pour la faire ressembler à l’affiche du film de 1983, Risky business.

Le 25 août dernier, Mikaël Lebleu a confectionné une pancarte en s’inspirant du nom de famille de la candidate qui ressemble au titre d’un de ses films préférés. Il a également ajouté les lunettes de soleil que l’acteur Tom Cruise portait dans cette production cinématographique à Mme Rizqy.

«J’ai adoré la modification. J’ai même félicité M. Lebleu. Il a été très créatif», s’enthousiasme Mme Rizqy.

Selon le créateur et résident du quartier, il fallait un certain courage pour se présenter en tant que candidate libérale dans un ancien bastion du Bloc québécois.

«Se présenter pour les libéraux dans Hochelaga, c’est ce que j’appelle une « Rizqy business »», un commentaire à propos, estime la candidate.

«Dans la vie, il faut savoir prendre des risques», lui a-t-elle répondu.

Une tendance
La pancarte modifiée de Mme Rizqy n’est pas la première affiche électorale à se transformer en adaptations d’affiches de films ou de personnages cinématographiques.

Les internautes s’en sont donné à cœur joie en comparant, notamment, les pancartes libérales à des personnages de Star Wars ou de la trilogie Millénium.

«Les pancartes ressemblent déjà à des affiches de film. Je ne suis pas surpris que les citoyens les modifient comme telle», indique Benoit Dugay, professeur à l’Université du Québec à Montréal au département d’études urbaines.

«Ces pancartes sont plus créatives et permettent davantage de possibilités. Elles deviennent des «memes» sur le Web et les réseaux sociaux. Chaque nouvelle affiche est plus drôle que la précédente», souligne Carl Charest, spécialiste en communication numérique.

Depuis leur apparition sur les poteaux, les pancartes libérales ont été un sujet de discussion populaire sur les réseaux sociaux. Plusieurs ont reproché l’aspect macabre des affiches noir sur fond rouge donnant des «airs de revenants ou de prince des ténèbres» aux candidats.

Articles récents du même sujet