IDS-Verdun

Collectif pour l’humanité

Photo: TC Media – Catherine Lamothe

Plus d’un an après sa création, le centre de dons pour les réfugiés syriens, initiative du Collectif pour l’Unité de L’Île-des-Sœurs, est sollicité plus que jamais. Même si les Syriens constituent la majorité de leur clientèle, les bénévoles aident maintenant de plus en plus de familles de demandeurs d’asile de tous les horizons.

Dans les vastes locaux du centre du chemin du Golf, meubles, literie, vaisselle et jouets pour enfants s’ajoutent aux dizaines de présentoirs de vêtements. Dora Douik, Anne Blanchette et Sélima Driss et plusieurs autres bénévoles y passent plusieurs heures chaque semaine pour faire le tri de tous les dons et parfois pour aider les nouveaux arrivants à faire un choix selon leurs besoins.

Le centre est rapidement devenu une référence en matière d’aide aux réfugiés. Dans les derniers mois, les bénévoles ont aidé des Égyptiens, Guinéens, Libyens et Mexicains, souvent référés par le le Centre d’aide aux Immigrants (CSAI) de Montréal. Une famille kurde, récemment arrivée à L’Île-des-Sœurs, a aussi pu être logée, habillée et financée grâce au collectif.

«À chaque fois, on se consulte et on en vient toujours à la même réponse. Si on est capable d’aider, on aide. À la quantité de vêtements qu’on a, c’est très difficile de dire non», fait valoir Mme Driss.

Besoins criants

Il y a une forte demande de la part des femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher. «On est constamment à la recherche de couches, de lait maternisé, de meubles pour bébés ou de sièges d’autos», illustre Dora Douik.

L’aide dépasse même les murs du centre. Il est arrivé que les bénévoles paient de leur poche un camion de déménagement pour des réfugiés incapables d’en assumer les frais. Elles ont aussi fait des épiceries, accompagné des femmes lors de suivi médical  de grossesse et surtout tissé des liens solides avec plusieurs familles.

«On a l’air de super-héros, comme ça, avec notre centre et notre bénévolat. Mais les héros, ce sont eux. La résilience et le courage dont ces gens font preuve sont incroyables», affirme Anne Blanchette.

Les bénévoles souhaitent aujourd’hui aider davantage de réfugiés à dénicher un emploi, apprendre le français et s’intégrer dans leur communauté. Elles comptent sur la générosité des donateurs, au rendez-vous depuis l’ouverture du centre.

Articles récents du même sujet