Île-des-Sœurs
05:00 22 avril 2021 | mise à jour le: 22 avril 2021 à 07:13 temps de lecture: 4 minutes

S’initier à la consommation zéro déchet: faire sa part un pas à la fois

S’initier à la consommation zéro déchet: faire sa part un pas à la fois
Photo: Katrine Desautels/Métro MédiaClaudia Rodriguez adopte une nouvelle habitude chaque mois pour réduire ses déchets.

Depuis cinq mois, Claudia Rodriguez tente d’éliminer les déchets qu’elle produit à la maison. En adoptant différentes habitudes, elle réussit maintenant à produire un seul sac de vidanges par mois. Elle désire éventuellement adopter un mode de consommation complètement sans déchets.

En utilisant une application pour savoir ce que l’on peut mettre dans le bac de recyclage, Claudia Rodriguez a été étonnée de voir tous les items qui sont non récupérables. Elle s’est alors demandé ce qu’elle pouvait bien faire de tous ces déchets en voulant éviter de les mettre aux ordures.

De là est né son intérêt pour ce type de consommation. Elle s’est alors inscrite au programme de la Maison de l’environnement de Verdun qui accompagne les candidats qui veulent s’engager dans un mode de vie écoresponsable. Cette initiative s’adapte à la réalité de chacun.

«À la place de faire du recyclage, c’est bien mieux d’agir à la source et d’essayer de réduire nos déchets le plus possible», souligne Mme Rodriguez. Loin de se qualifier d’experte dans la consommation zéro déchet, elle tente chaque mois d’adopter une nouvelle habitude qui vise à réduire ses déchets.

Gestes

Déjà, elle a banni la brosse à dents en plastique. La résidente en utilise désormais une dont il suffit de changer la tête, qui est d’ailleurs compostable. De plus, elle favorise l’achat de vêtement de seconde main.

«Ça permet de faire des économies et en plus ça réduit notre consommation», se réjouit la Verdunoise.

Elle a également pris un virage majeur il y a quelque mois en cessant d’utiliser les serviettes hygiéniques au profit de la coupe menstruelle. «C’est un changement énorme, mais c’est très positif», affirme Mme Rodriguez. Au cours de sa vie, une femme utilise entre 5000 et 15 000 serviettes et tampons.

La résidente a aussi pris l’habitude d’apporter ses contenants à l’épicerie. Il s’agit du geste qui a surement le plus réduit ses déchets, affirme la citoyenne. Elle constate toutefois qu’avec la pandémie, il est difficile de trouver un supermarché qui accepte les contenants réutilisables.

«Je cherche depuis longtemps un endroit où acheter de la viande sans plastique, mais on dirait que c’est impossible», se désole-t-elle. D’autre part, certains aliments sont aussi absents dans les épiceries zéro déchet, expose-t-elle. Par exemple, elle doit se rendre dans les grandes bannières pour trouver du lait sans lactose, dont elle ne peut consommer en vrac.

Suremballage

Originaire du Mexique, Mme Rodriguez estime que la majorité des produits sont suremballés au Québec. À titre comparatif, la viande qu’elle achetait au Mexique était souvent emballée dans un simple papier. «Pour moi, c’était très bizarre la première fois que j’ai vu un concombre emballé dans une pellicule plastique», mentionne-t-elle.

L’adepte de la consommation zéro déchet a aussi initié son conjoint dans sa pratique. Il considère toutefois la tâche comme étant complexe.

«C’est vrai que c’est difficile, mais je pense que ça vaut la peine au moins d’essayer. Si à la fin on a de nouvelles habitudes, ça va faire une différente [dans la lutte pour l’environnement]», fait-elle valoir.

Même si cela ne touche pas spécifiquement les déchets, Claudia Rodriguez essaie de minimiser le plus possible sa consommation d’eau. Elle entend souvent des discours selon lesquels l’eau est une ressource abondante au Québec.

«Un jour peut-être qu’on aura une crise de l’eau, et ce jour-là, ça sera un gros problème», s’inquiète-t-elle ajoutant qu’il faut penser à cet enjeu immédiatement.

La résidente croit que la bonne façon d’adopter un mode de vie zéro déchet est de changer sa consommation un pas à la fois et que si tout le monde s’y met, cela pourrait avoir un impact dans la production de déchets.

S’initier au zéro déchet, par où commencer?

La Maison de l’Environnement de Verdun recherche 10 candidats pour son programme (d’une durée de six mois) qui accompagne les résidents à travers un suivi personnel et différentes activités. Le but est de faire l’expérience d’un mode de vie zéro déchet. Les personnes intéressées ont jusqu’au 1er mai pour s’inscrire. Infos: maisonenvironnementverdun.com.

Articles similaires